×
Publié le
25 juil. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Leonard Paris passe aux mains du japonais Sankyo Seiko

Publié le
25 juil. 2022

Leonard Paris, l’une des dernières maisons de luxe familiale indépendante, vient d’être cédée. Elle a été rachetée, avec ses archives comptant quelque 5.000 dessins, par son historique partenaire japonais Sankyo Seiko pour un montant qui n’a pas été divulgué. La marque a été fondée en 1958 par Jacques Léonard, qui avait confié sa création et sa direction à Daniel Tribouillard. Ce dernier acquit l’entreprise en 1987. En 2017, il a passé le relais à ses deux filles, Nathalie et Virginie, les nommant respectivement PDG et DG de la marque.


Léonard Paris, automne-hiver 2022-23 - DR


La famille, qui cherchait un investisseur pour se consolider et passer à la vitesse supérieure, a reçu une offre apparemment difficile à décliner. "Nous sommes heureux de passer le flambeau à Sankyo Seiko, qui a accompagné le succès de Leonard Paris en Asie depuis plus de 50 ans. Le patrimoine et les savoir-faire de notre maison vont pouvoir vivre pendant encore de nombreuses années dans le monde entier", commente dans un communiqué Nathalie Tribouillard Chassaing, qui, avec sa famille, vient de quitter l’entreprise.

Cette dernière sera supervisée par Akira Inoue, le directeur général (CEO) de Sankyo Seiko. Le groupe japonais, qui détient aussi la marque britannique Daks, a assuré qu’il maintenait les équipes en place dans son siège parisien du 31, rue Jean-Giraudoux, dans le XVIe arrondissement de Paris, soit 41 personnes, ainsi que le directeur de la création Georg Lux, qui fera défiler sa prochaine collection à la Fashion Week féminine de Paris en septembre.

Réputée pour ses imprimés floraux sur jersey de soie, Leonard Paris a connu une forte accélération dans les années 1980 via son expansion au Japon, devenu son premier marché avec une part de près de 60% sur le total des ventes, et via ses licences. Un succès lié au partenariat noué en 1969 avec le groupe Sankyo Seiko, actif dans le textile et l’immobilier, qui développe, produit et distribue une collection de prêt-à-porter Leonard spécifique pour ce marché, ainsi que pour Taïwan, commercialisée à travers une soixantaine de boutiques (contre plus d’une centaine par le passé).  

Parmi les autres partenariats de Leonard Paris, il est à relever l’accord de distribution signé en 2008 avec le groupe coréen LG et sa filiale LG Fashion Corporation. A cela s’ajoutent la licence pour les parfums, confiée au distributeur français Vag, et celle pour les foulards, gérée par Ratti, l’un des plus importants soyeux de Côme, tandis que le prêt-à-porter est réalisé en Italie, via une filiale de Leonard gérant production et logistique.


Virginie et Nathalie Tribouillard - leonardparis.com


La maison de luxe parisienne a été fortement pénalisée par la crise liée au Covid qui l’a amenée à réduire ses effectifs ainsi que son réseau de magasins en direct. Son chiffre d’affaires s’élevait fin 2020 autour de 16 millions d’euros. Elle ne compte plus en France que deux boutiques, à Paris et Cannes. En Europe, elle dispose d’une adresse à Genève, en Suisse, ainsi que d'une dizaine de corners dans des grands magasins en Allemagne et en Autriche. Auxquels s’ajoutent 60 points de vente au Japon, 10 en Corée du Sud et un à Hong Kong.

Si Leonard Paris a su préserver son image de marque haut de gamme via des produits de qualité positionnés dans un segment de prix élevés (le prix d’une robe se situe autour de 1.500 euros), elle a néanmoins tardé à prendre le virage du digital et à se diversifier dans les accessoires.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com