×
Publicités

Les Ateliers Peyrache candidats à la reprise de Gerbe

Par
AFP
Publié le
28 mai 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

(AFP) - La Compagnie des ateliers Peyrache, petit groupe textile auvergnat, a annoncé jeudi sa candidature à la reprise de la société Gerbe, ancien leader du bas et collant français placé en redressement judiciaire suite au retrait de son actionnaire chinois.


Gerbe



L'offre de LCAP, actuellement la seule selon l'entreprise, prévoit de conserver 22 des 50 emplois de Gerbe, placé en redressement judiciaire mi-avril à la suite du retrait du groupe hôtelier Chongqing Tianci Hot Spring, qui avait repris Gerbe en septembre 2015.

Le groupe chinois avait fait naître de grands espoirs pour l'entreprise de Saint-Vallier (Saône-et-Loire), disant vouloir maintenir l'outil industriel pour continuer à produire du "made in France" et repositionner la marque Gerbe sur le très haut de gamme avec des investissements importants, notamment en marketing et communication en Chine. Chongqing Tianci comptait notamment créer de nouveaux produits qu'il devait vendre en Chine dans ses boutiques spécialisées dans les tenues de bain.

Gerbe, fondée en 1904, dispose "d'un savoir-faire unique", souligne LCAP dans un communiqué. L'offre de reprise est cependant conditionnée à des "contraintes immobilières": les Ateliers Peyrache ne veulent reprendre que 3.000 des 33.000 mètres carrés du bâtiment historique de Gerbe, "bien trop important pour les besoins de fabrication et dont le coût mettrait en péril l'équilibre financier du plan de reprise".

"La réussite de cette reprise et de la sauvegarde d'un savoir-faire unique en France est tributaire de cette clause immobilière. Sans elle, notre plan de reprise sera caduc et Gerbe sera mis en liquidation dès le 18 juin, ce qui serait une perte sévère pour l'écosystème du textile made in France", a expliqué Ludovic Gaudic, directeur de LCAP.

Les Ateliers Peyrache, basés à Saint-Didier-en-Velay (Haute-Loire), emploient 85 personnes pour un chiffre d'affaires de 6,5 millions d'euros en 2019. Créés en 1871, ils ont d'abord été spécialisés dans le ruban avant de se diversifier dans le tissage textile, la confection d'étiquettes de griffe, la personnalisation des textiles par l'art de la broderie industrielle et la confection de bonnets avec la marque Blanc Bonnet.

Gerbe, qui avait notamment inventé le tout premier bas avec une couture à l'arrière, a occupé la place de leader sur le marché français durant la majeure partie du XXe siècle, employant jusqu'à 800 personnes en 1980. Jeanne Lanvin, Coco Chanel et Christian Dior comptaient parmi ses plus fidèles clients.

Victime de la mode du pantalon et de la concurrence mondiale, la société a par la suite plusieurs fois changé de main. Ses effectifs sont passés de 530 salariés en 1995 à 62 en 2015, pour un chiffre d'affaires de 4,5 millions d'euros en 2017 (dernier chiffre disponible).
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.