×
5 880
Fashion Jobs
GROUPE BEAUMANOIR
Acheteur (H/F)
CDI · PARIS
RALPH LAUREN
Chargé de Développement RH (H/F)
CDI · PARIS
LANCEL SOGEDI
Responsable Approvisionnement Produits Finis et Packaging - H/F
CDI · PARIS
CHANEL
Chef de Projet Développement Outils Visual Merchandising Mode
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Montpellier Polygone
CDI · MONTPELLIER
LA HALLE
Merchandise Planner - PAP Homme (H/F)
CDI · PARIS
ABSOLUT CASHMERE
Chargé de Gestion Commerciale Wholesale (H/F)
CDI · PARIS
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Calvin Klein - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
SIMONE PERELE
Responsable Marketing et Communication
CDI · CLICHY
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional H/F
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Brest - CDI
CDI · BREST
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Acheteur / Développeur Matières Annexes F/H
CDI · LES HERBIERS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 25h - F/H
CDI · PARIS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 20h - F/H
CDI · PARIS
TOD'S
Retail Back Office Coordinateur (H/F)_ Tod's Faubourg
CDI · PARIS
ROUJE
Chef de Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial et Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Administration Des Ventes (H/F)
CDI · PARIS
RETAIL CONSEIL
Recruitment Officer, Luxury Retail
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Manager Des Ventes - Vélizy 2 H/F
CDI · VÉLIZY-VILLACOUBLAY
Publicités
Publié le
2 oct. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les boutiques Camaïeu ont baissé rideau samedi

Publié le
2 oct. 2022

"Je suis venue les soutenir et leur dire au-revoir": Djamila Bal, une cliente fidèle, défie la cohue dans le magasin Camaieu à Roubaix, siège de l'enseigne en liquidation, pour étreindre les vendeuses, qui bradent les derniers vêtements avant de fermer définitivement boutique samedi soir.


Camaïeu a fermé ses boutiques samedi - AFP


"Shopping Camaieu 100% pour les salariés," annonçait la page Facebook du centre commercial roubaisien. Selon les syndicats, le produit des ventes de ces trois derniers jours doit être utilisé pour améliorer les possibilités de formation et reconversion dans le cadre du plan social.

C'est la foule des jours de solde, à Roubaix comme dans de nombreux magasins de France: les prix sont affichés à moins 50%, voire moins 70%, et les derniers stocks disparaissent à vue d'oeil. "Il n'y a plus rien, c'est fini, fini" explique à une cliente Emilie Vidart, vendeuse depuis onze ans chez Camaieu, réarrangeant fébrilement des tee-shirts "zen attitude" et "no worries" sur des portants.

"C'est la journée 100% émotion", lance-t-elle. Elle se demande "si on va retrouver ça, une ambiance familiale", tandis qu'une cliente venue acheter un manteau "par solidarité" écrase une larme. "J'ai connu un licenciement aussi il y a trois ans, je sais ce que ça fait de plonger dans l'inconnu", souligne dans la boutique roubaisienne Djamila Bal, cliente quadragénaire. "Je peux vous faire un câlin?", lance-t-elle à une vendeuse.

"Plonger dans l'inconnu"



Pour l'enseigne nordiste de prêt-à-porter, employant quelque 2.600 salariés dans un demi-millier de boutiques, le couperet est tombé jeudi, après 40 ans d'existence.

L'actionnaire, Hermione People and Brands (HPB), filiale de La Financière immobilière bordelaise (FIB) de l'homme d'affaires Michel Ohayon, a échoué à convaincre le tribunal de commerce de la fiabilité de son plan de redressement, deux mois après le placement de l'enseigne en redressement judiciaire.

Le gouvernement a pour sa part mis en cause un plan d'affaires non crédible, et une demande d'avance de fonds publics "déséquilibrée" par rapport aux apports des actionnaires.

Les marques d'affection envers l'une des enseignes qui a marqué le quotidien et habillé les Françaises ces dernières décennies se sont multipliées dans les magasins mais aussi sur les réseaux sociaux. Clients, prestataires, concurrents mais aussi responsables de boutiques ou directeurs régionaux ont salué le travail des équipes et apporté leur soutien aux salariés.

Même la directrice générale, Sandrine Lilienfeld a posté un mot à l'attention des équipes, mais portant quelques pics à l'actionnaire. "C’est le cœur lourd qu’aujourd’hui avec mon comité de direction nous disons au revoir à nos merveilleuses équipes et à notre formidable marque. Camaïeu ne mérite pas de disparaître. Je n’ai jamais rencontré tout au long de ma carrière une marque aussi forte, des équipes aussi engagées et ce lien aussi particulier avec nos clientes", avance la dirigeante sur le réseau Linkedin.

"Nous vivons cette disparition comme une énorme injustice. Les salariés sont les victimes d’un manque de soutien de l´actionnaire et d’une mise en redressement judiciaire bien trop tardive. Pourtant les administrateurs judiciaires ont été incroyables, merveilleux, combatifs. L’entreprise est tombée amoureuse d’eux. Nous sommes effondrés et très en colère. Depuis 3 jours les clientes qui ne veulent pas nous voir disparaître nous manifestent leur soutien, je les remercie sincèrement. Je terminerai ce message par un énorme merci aux salariés qui m’ont rendu si fière de les diriger et tellement touchée".

L'affection envers Camaïeu et ses équipes a pris de nombreuses formes.
"Même sur TikTok, j'ai vu passer des vidéos sur nous, ça nous touche", s'émeut Marie Lemouchi, une vendeuse de 29 ans. Elle s'inquiète de quitter une enseigne "à l'ambiance familiale", mais espère réussir à rebondir.

Dans certains magasins, des clients ont même apporté chocolats et boissons gazeuses, rapporte Nordine Misraoui, délégué CFDT. "Ce soir, c'est comme une fin de vie, on va débrancher la machine", indique-t-il à l'AFP, déplorant la "casse sociale évitable", alors que les activités de l'entreprise doivent s'arrêter à 23H.

"Affaires" et "soutien"



A Bordeaux, où la file aux caisses est également longue, Ludivine Cochin, venue "faire des affaires et soutenir les salariés", a été mise au courant des déboires de l'entreprise par "une cousine qui travaille chez Camaïeu en Bourgogne". "J'aimais bien cette marque, je vais la regretter".

A Paris, dans la galerie marchande de la Gare de Saint-Lazare, Nini, une cliente de 66 ans, trouve cela "désolant": "je croyais jusqu'à la dernière minute qu'ils allaient avoir un repreneur comme habituellement certains magasins". "On s'en doutait un petit peu, ces dernières années c'est un petit peu difficile, on a été en redressement il y a deux ans, on a été racheté. On va dire que la société était un petit peu bancale", philosophe Nadia, 42 ans, gérante adjointe chez Camaieu depuis cinq ans.

"On n'a jamais eu autant d'affluence que depuis trois jours, même en période de soldes", relève-t-elle. Dans le magasin, un chevalet accueille les clients avec un message de l'équipe: "Pardon si nous peinons à vous accueillir comme vous le méritez et comme nous le voudrions. Nous sommes anéantis et tellement fatigués. Nous sommes en deuil".

Autour ont fleuri des post-it de soutien: "triste nouvelle bon courage à vous tous !", "Je souhaite à tout le personnel Camaïeu de reprendre un autre chemin professionnel. Vous le méritez".


Avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com