×
Publié le
7 juin 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les CFDA Fashion Awards tournent en rond

Publié le
7 juin 2016

On prend les mêmes et on recommence. C’est la réflexion qui s’impose lorsque l’on regarde les dix derniers palmarès des CFDA Fashion Awards, récompensant chaque année les meilleurs créateurs américains.
 
Marc Jacobs, Altuzarra, Proenza Schouler, Rodarte et The Row pour la femme, Thom Browne, Tom Ford, Rag & Bone et Tim Coppens pour l’homme, sans oublier Ralph Lauren, sont les noms qui reviennent à peu près systématiquement d’une année sur l’autre.
 

Beyoncé et Diane Von Furstenberg - CFDA


A regarder de plus près les nominés de cette édition 2016, le constat est éloquent. A commencer par le « womenswear designer of the year », Marc Jacobs, qui constitue un cas à lui tout seul. Il avait déjà remporté la palme, notamment pour la femme en 2010 et pour l’homme en 2002, et obtenu le prix à la carrière en 2011 !
 
Par ailleurs, comme on peut le lire sur la biographie de son site, le créateur détient au moins deux records : celui du plus grand nombre de nominations obtenus aux CFDA Awards (plus de 20) et celui du plus jeune designer récompensé, à 22 ans, en 1987, en tant que « nouveau talent ».

Parmi les autres nominés pour la femme, on retrouve : Altuzarra, qui a gagné le prix en 2014, Proenza Schouler, qui l’a remporté en 2013, 2011, 2007, en 2009 dans la catégorie accessoires et en 2003 en tant que marque émergente,  Rodarte, qui a gagné en 2009.

Les sœurs Ashley et Mary-Kate Olsen de The Row ont été consacrées quant à elles meilleures créatrices de l’année en 2012 et 2015, tout en remportant la palme dans la catégorie accessoires en 2014 !
 
Chez les hommes, la logique est identique. Le prix du meilleur créateur menswear 2016 est allé à Thom Browne, qui retrouve le podium de tête après avoir raflé cette même récompense en 2006 et en 2013.

Un moment de la cérémonie des CFDA Awards 2012 - CFDA


Parmi les autres nominés de cette année, à noter que Rag & Bone a obtenu le prix en 2010 et en 2007 comme label « émergent », tandis que Tim Coppens s’est hissé sur la plus haute marche du podium en 2014.
 
Les lauréates 2016 pour les accessoires Floriana Gavriel et Rachel Mansur, avec leur marque Mansur Gavriel, étaient également les vainqueurs de 2015. En remontant plus loin, l’on découvre que dans la décennie précédente s’étaient surtout illustrés Tom Ford, Calvin Klein et Michael Kors.
 
Ces palmarès qui se ressemblent correspondent à un rituel mondain, se répétant chaque année au sein d’une industrie dominée par quelques noms forts qui semblent avoir du mal à se renouveler. Tout comme cela a été longtemps le cas à Paris ou Milan, à une époque où la scène fashion était occupée toujours par les mêmes griffes. Ce qui a bien changé!
 
Ce n’est sans doute pas un hasard si la Fashion Week de New York a lancé l’offensive en proposant de nouveaux rythmes et formats de défilés afin de redynamiser une mode américaine d'une certaine manière en mal d'inspiration.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com