×
Publié le
8 mai 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les chapeaux d’Hélène de Saint Lager ont vingt ans

Publié le
8 mai 2009

En matière de chapeaux, toutes les fantaisies sont possibles. En témoignent les créations d’Hélène de Saint Lager qui, depuis vingt ans, coiffent les élégantes de pièces uniques, confectionnées dans la tradition artisanale. Aujourd’hui rejointe par ses deux fils, la créatrice donne un nouveau tournant à sa maison.


Chapeaux Hélène SAint LAger

Vingt ans donc que l’on voit les larges capelines, les coiffes volumineuses ou encore les accessoires de tête signés Hélène de Saint Lager déambulés sur les hippodromes de Longchamp ou de Chantilly. Des pièces artisanales, souvent uniques, confectionnées suivant le savoir-faire des grands modistes et chapeliers.

Et pour cause, la créatrice a toujours fait appel aux artisans français de renom, des plumassiers aux formiers sur bois qui fabriquent la base du chapeau. Même démarche quant au choix des matières. Du feutre, du mérinos, de la fibre naturelle de banane, du satin, de la soie sont ainsi retrouvés pour la garniture, bien souvent finie main dans les ateliers de Marnes-la-Coquette dans les Hauts-de-Seine.


Chapeaux Hélène Saint Lager

Aujourd’hui, outre les ateliers où l’on peut passer commande sur rendez-vous, la e-boutique du site Internet propose les entrées de gamme (à partir de 200 euros). Mais la situation est appelée à évoluer. Philippe de Saint Lager, administrateur de la marque, entend exploiter le créneau de niche où seul un bastion d’irréductibles opère encore. Pour cela, il souhaite dépoussiérer l’image du « chapeau de cérémonies ».

Cela se traduit notamment par un produit plus près des tendances actuelles de la mode et par le recours à des matières innovantes. La collection printemps-été composée d’une trentaine de modèles (allant de 200 à 450 euros, hors pièces sur-mesure) en témoigne, livrant une vision contemporaine et sophistiquée des années 30. Quant à la collection de l’hiver prochain, Philippe de Saint Lager espère l’introduire chez Franck et Fils, au Bon Marché ou encore chez Harrods.


Chapeaux Hélène de Saint Lager

Et si la volonté de rajeunir la clientèle se fait sentir, pas question pour autant de laisser partir les fidèles. Les hippodromes sont toujours de belles vitrines et Hélène de Saint Lager entend y jouer sa partition. Notamment au cours des prix de Diane ou de Dublin où elle sera sur le devant de la scène.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com