×
6 307
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
16 juil. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les commerces de mode en bonne santé financière... sauf à Paris, selon une étude

Publié le
16 juil. 2021

Le secteur de la mode entretient dans l’imaginaire collectif une image de volatilité économique et de faiblesse financière de ses acteurs. Le prestataire Fashop a voulu vérifier où en était la santé des acteurs multimarques du secteur, après 18 mois de complications liées à la pandémie de Covid-19.


Près des trois quarts des entreprises ont un risque de défaillance financière entre nul et moyen - Fashop


Et le résultat est surprenant. L’équipe de Fashop a observé l’évolution de la solvabilité financière des revendeurs multimarques de prêt-à-porter et de chaussures.

Quel est le périmètre? L’analyse porte sur 14.500 structures juridiques dont 11.500 de prêt-à-porter et 3.000 chausseurs, représentant les 17.000 points de vente wholesale du marché français, précise Fashop. Des points de vente qui n’intègrent donc pas la santé des grands réseaux succursalistes dont certains ont été particulièrement exposés ces derniers mois.

Première observation: l’étude semble confirmer que les mesures économiques prises au niveau national pour accompagner les périodes de confinement ont eu l’effet d’amortisseur désiré. En effet, le nombre de "bonnes" situations financières s’est amélioré ces derniers mois.

"Avec un total de 74%, les deux premiers scores verts témoignent de l’excellente santé financière des commerces indépendants de mode dont 46% bénéficient de la meilleure solvabilité possible, observe l’équipe de Fashop. Grâce aux aides gouvernementales (PGE, chômage partiel) et aux soutiens des fournisseurs, la solvabilité générale des indépendants multimarques s’est améliorée lors des deux premiers confinements."

L’analyse des chiffres permet à Fashop d’observer que les situations sont similaires pour les indépendants du prêt-à-porter et de la chaussure. Mais l’étude donne aussi des indicateurs sur la tendance en cours. "Suite au troisième confinement, le meilleur score amorce une très légère flexion de 49% à 46% et quelques centaines de points de vente ont changé de palier pour rejoindre le score de risque très élevé qui augmente de 8% à 9%."

Paris connaît un contexte particulier. Déjà exposés aux mouvements sociaux successifs ces dernières années, les commerces multimarques de la capitale ont vu leur santé financière fragilisée. "La situation des multimarques de la capitale est toutefois nettement moins bonne que celle du reste du territoire avec plus de 38% des magasins classés en risque moyen, élevé ou avéré", souligne Fashop.

Comme de nombreux secteurs, le commerce de mode a bénéficié des dispositifs mis en place par l’Etat mais aussi des prêts garantis (PGE). Ainsi, Fashop observe "une baisse de 35% des liquidations judiciaires des commerces indépendants multimarques en 2020 par rapport à 2019, représentant respectivement 0.96 % et 1,42 % de la totalité du circuit de distribution wholesale français". Une tendance qui semble se confirmer début 2021 "avec seulement 87 points de vente qui ont été liquidés judiciairement" à la fin juin.

Toutefois, malgré l’évolution du variant Delta, Emmanuel Macron a, dans son allocution de lundi, préparé les esprits à une réduction progressive des accompagnements. Les prochaines études de Fashop sur la solvabilité des multimarques permettront d’analyser si les multimarques du secteur ont su exploiter ces ressources à bon escient et seront en capacité d’aborder sereinement les échéances de remboursement des PGE.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com