×
Publicités
Publié le
18 févr. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les commerces français d'habillement ont perdu plus de 6 500 emplois en une décennie

Publié le
18 févr. 2020

Le Conseil du commerce de France (CdCF) s'est penché sur la place du commerce sur le marché de l'emploi. Une étude statistique qui montre que les commerces d'habillement et de chaussures totalisaient 181 381 emplois salariés fin 2018, soit un recul de 6 545 emplois constaté depuis 2007. 1 900 établissements ont fermé leurs portes durant ces douze années. Et le chiffre réel pourrait être supérieur, les commerces qui ne comptent pas de salariés n'étant pas comptabilisés par l'Acoss (caisse nationale du réseau des Urssaf).


MG/FNW


"Il s'agit d'une chose difficile à discerner, et sur laquelle nous comptons nous pencher, mais il est clair qu'il se passe là des choses importantes", explique le président du CdCF, William Koeberlé. "Il y a par ailleurs une petite corrélation entre le taux de produits vendus sur le net et l'évolution des emplois physiques du secteur. On sait aussi qu'il y a des changements de comportement en termes de consommation de vêtements et de chaussures, et notamment un nombre croissant de clients se tournant vers les enseignes de sport, qui font fortement gagner en termes d'emploi".

Effectivement, si la catégorie des commerces d'habillement et de chaussures est dans le rouge, avec 3,5 % d'emplois perdus, la catégorie des détaillants d'articles de sport en magasin spécialisé affichent eux une progression de 7,3 % du nombre d'emplois entre 2007 et 2018, avec 3 466 emplois créés, portant le total à 51 195 postes à la fin 2018.

La pire année connue en termes d'emploi sur cette période par le secteur sport est 2010, avec 44 217 emplois. Là où la pire année enregistrée par le secteur habillement/chaussure est l'année 2018, posant la question des chiffres qui pourraient se faire jour pour 2019, année hautement complexe pour le secteur.

De manière plus générale, le commerce de détail non alimentaire représentait 943 178 emplois à la fin 2018. Il affiche une perte de 6 411 emplois (-0,7 %) sur la période 2007-2018, dont 3 400 emplois perdus à lui seul par le commerce de produits pharmaceutiques en magasin spécialisé.

Une fracture territoriale, mais pas là où on le pense



Plus que de fournir des données de cadrage sur l'emploi du commerce, le travail initié par le Conseil du commerce de France avait surtout vocation à souligner la place du commerce dans l'emploi tricolore. "Quand on compare avec l'industrie, on voit que cela représente 100 000 emplois de moins", souligne ainsi William Koeberlé, qui a pour l'occasion fait appel à l'économiste spécialisé Laurent Davezies, régulièrement amené à livrer ses conclusions aux parlementaires français et à la Commission européenne.


Comparaison entre l'évolution départementale de l'emploi salarié privé, de la population, et des emplois du commerce non alimentaire - CdCF


"Le commerce joue un rôle d'amortisseur, de stabilisateur, au niveau de l'emploi", explique ce dernier. "On a beaucoup parlé, en marge des Gilets jaunes, des territoires abandonnés par les pouvoirs publics, mais ces territoires ont été avant tout abandonnés par les habitants eux-mêmes. En conséquence, on voit que la vraie fracture démographique se fait en termes d'emplois salariés privés qui ne se créent plus que dans les métropoles de Paris, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille et Lyon (et dans une moindre mesure Montpellier, Grenoble et Strasbourg, ndlr). C'est un phénomène de concentration très inquiétant."

Pour le spécialiste, "le commerce est moins cruel que l'économie". Dans 62 départements (la France en compte 101, ndlr), ce sont le commerce de détail et l'artisanat commercial qui auraient ainsi amorti les destructions d'emplois. Des départements qui sont majoritairement situés en périphérie des grandes métropoles, et dont les bassins d'emplois sont par ailleurs mis sous pression.

"Au deuxième trimestre 2019, quelque 94 % des défaillances du commerce touchaient des TPE”, nous expliquait en décembre dernier Eric Mertz, président de la Fédération nationale de l'habillement, organisme membre du CdCF. Représentante des petits détaillants indépendants, dont beaucoup ne sont par pris en compte dans cette étude, la FNH redoute dans les prochains mois une multiplication des défaillances, après une année complexe pour l'habillement, et une fin d'année entachée par les mouvements sociaux.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com