×
Publicités
Publié le
24 sept. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les danseuses baroco-futuristes de Sportmax

Publié le
24 sept. 2021

C’est dans la quatrième dimension que nous plonge Sportmax cette saison. La ligne jeune de Max Mara a dévoilé vendredi, à Milan, une collection pour le printemps-été 2022 d’une grande recherche dans une atmosphère futuriste avec de forts échos renvoyant au passé. Une garde-robe composée de vêtements audacieux, où s’entrechoquent la richesse du baroque et l'épure du minimalisme.


Sportmax, printemps-été 2022 - PixelFormula


Les premiers mannequins, en total look blanc, traversent le podium comme dans les limbes, dans un décor ouaté immaculé et un silence juste fragmenté par des notes métalliques. Avec leurs vêtements totalement déstructurés, juchées sur d’imposantes sandales plateformes-coussinets nouées par des rubans en satin, les yeux protégés par des lunettes futuristes ultra-light, elles ont l’air de créatures venues de l’espace.

Leurs tenues sont la somme de superpositions entre tissus impalpables (tulle, satin, gazar, georgette de soie), et matières plus robustes (coton, denim, cuir) à travers de savantes constructions, qui donnent pourtant l’impression d’être totalement improvisées, comme sculptées sur le moment  à coup d'étoffes pincées, plissés ou froncées à même le corps par la main d’un artiste.

C’est le duo d’artistes mythique formé par le musicien d’avant-garde John Cage et le chorégraphe américain Merce Cunningham, connus pour avoir révolutionné la danse contemporaine, qui a servi de point de départ inspirant à cette collection, où les références à la danse sont omniprésentes.

Rubans, bustiers, justaucorps, leggings, tulle. Sans oublier la palette délicate de la danseuse (blanc, écru, chair, rose pâle)… Tout renvoie à l’univers du ballet. En particulier, les pièces en maille et en jersey. Mais aussi les jeux de rubans, cordons et autres coulisses qui froncent manches et vêtements pour leur donner du relief, s’enlacent, enserrent, et virevoltent le long de ces silhouettes asymétriques très allongées.


Sportmax, printemps-été 2022 - PixelFormula


"Nous sommes partis d’un concept de rupture. Nous avons voulu rompre les schémas pour trouver de nouvelles voies pour construire quelque chose autour du corps", nous explique en backstage la directrice créative Grazia Malagoli. "L’idée était de travailler sur les oppositions et les contrastes en mélangeant l’hyper décoratif baroque avec la simplicité du minimalisme, les habits près du corps des danseuses et des pièces plus théâtrales avec ornements et effets 3D", poursuit-elle.

D’un côté, les robes se drapent ou s’ébouriffent sur les flancs, esquissant basques et paniers du XVIIIe siècle. Les vestes prennent des airs de redingotes ou se resserrent dans le dos par un laçage ou des agrafes de corset. De l’autre, de fines tuniques en tulle couleur chair se superposent à des pantalons, laissant entrevoir le soutien-gorge. Tout est léger, imperceptible, évanescent.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com