×
Publicités
Par
AFP
Publié le
3 juil. 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les défilés de haute couture ont débuté dimanche à Paris

Par
AFP
Publié le
3 juil. 2015

Les lumières se sont rallumées sur les podiums parisiens dimanche pour cinq jours de haute couture, avec en point d'orgue un défilé « haute fourrure » de Fendi célébrant les 50 ans de collaboration de la maison romaine avec son directeur artistique Karl Lagerfeld.

Fendi - Fall-Winter2015 - Womenswear - Milan - © PixelFormula

Ce show, qui a lieu le 8 juillet, constitue la première participation de Fendi à la Semaine de la haute couture parisienne. La veille, Lagerfeld présentera sa collection pour Chanel, défilé toujours très attendu aux mises en scène spectaculaires.

Ce cinquantenaire marque la « relation la plus durable entre un créateur et une maison », souligne Fendi, où Karl Lagerfeld est arrivé en 1965. Le couturier a quant à lui annoncé que le défilé offrirait « à la maison l'occasion de présenter la plus royale de toutes les fourrures ».

L'événement a suscité sans surprise l'opposition des militants des droits des animaux. Au premier rang desquels Brigitte Bardot, qui a récemment adressé une lettre à Choupette, la chatte de Karl Lagerfeld, lui demandant de dissuader son maître de faire de la fourrure dans ses collections.

La requête a peu de chance d'être entendue : le couturier allemand a plusieurs fois insisté sur les emplois que représentait cette industrie et argué que les anti-fourrure devaient aussi s'attaquer au cuir et à la consommation de viande.

Au total, une trentaine de shows s'enchaînent pendant ces cinq jours de haute couture, appellation française de prestige récompensant un savoir-faire artisanal et sur mesure, dont les créations ne sont accessibles qu'à de richissimes clientes.

Le bal des défilés automne-hiver 2015-2016 a commencé dimanche après-midi, avec notamment les premiers pas dans le calendrier officiel de la maison russe Ulyana Sergeenko et de la néerlandaise Ilja Visser.

Divorcée du milliardaire Danil Khatchatourov, qui a fait fortune dans l'assurance, et cliente de haute couture, Ulyana Sergeenko a lancé sa griffe en 2011 à Moscou. Elle emploie désormais plus de 100 personnes.

Cette trentenaire au visage de poupée, star des blogs de mode et très présente dans les médias russes, habille des célébrités comme Natalia Vodianova, Dita Von Teese et Beyoncé.

La créatrice néerlandaise Ilja Visser a quant à elle travaillé auprès notamment de Donna Karan et lancé sa première ligne de couture en 2005, avant de fonder en 2009 sa maison, qui fait aussi du prêt-à-porter.

Lundi matin, les yeux seront rivés sur le défilé Schiaparelli, avec la première collection signée par son nouveau directeur du style, Bertrand Guyon. La mythique maison fondée par Elsa Schiaparelli en 1927 a fait son retour sur les podiums en 2014, après une parenthèse de 60 ans.

Un autre temps fort sera, le 8 juillet, la deuxième collection haute couture de John Galliano pour Maison Margiela, qui avait fait une escapade à Londres pour son précédent show en janvier.

Cette fois, c'est Valentino qui manquera à l'appel à Paris : la maison italienne présentera son défilé le 9 juillet au soir à Rome, dans le cadre de festivités pour marquer l'ouverture de sa plus grande boutique au monde, située Piazza di Spagna, juste à côté de son studio de création.

Après cette semaine de haute couture, les défilés homme - qui se sont achevés à Paris le 28 juin - mettront le cap pour la première fois sur New York, du 13 au 16 juillet.

Par Anne-Laure Mondesert

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.