×
Publicités
Par
AFP
Publié le
21 juin 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les défilés reprennent à Paris, avec la mode masculine puis la couture

Par
AFP
Publié le
21 juin 2013

PARIS, 21 juin 2013 (AFP) - Cinq jours de prêt-à-porter masculin puis quatre de haute couture: la valse des défilés reprend à Paris entre le 26 juin et le 4 juillet, avec des dizaines de shows et une présentation particulièrement attendue: celle de Christian Lacroix, qui revient, le temps d'une collection, pour faire renaître Schiaparelli.


(photo Christophe Roué)

Après Londres puis Milan, la mode masculine défile à Paris à partir de mercredi pour habiller les hommes pour le printemps et l'été 2014. Le deuxième défilé d'Hedi Slimane pour Yves Saint Laurent chez l'homme fait partie des plus attendus. Pour son premier show, en janvier, le styliste avait surpris en présentant une collection très grunge, un style qu'il avait repris pour la collection femme, en mars. Va-t-il rester sur cette tendance ?, s'interroge-t-on dans le milieu.

La mode masculine est de plus en plus suivie à Paris. "Avant, l'homme était en retrait (par rapport à la mode femme, ndlr), mais aujourd'hui les marques gagnent beaucoup d'argent grâce à l'homme", note le consultant mode Jean-Jacques Picart, interrogé par l'AFP.

"Il y a un intérêt grandissant", renchérit Grégoire Proffit, acheteur pour l'homme aux Galeries Lafayette. Les nouveaux marchés "consomment beaucoup de mode masculine" et en France, la jeune génération "a envie d'être à la mode, de ne pas passer à côté d'une tendance ou de créateurs".

Il suivra de près des créateurs qui montent, comme Melinda Gloss, marque créée en 2009 par deux jeunes Parisiens, ou AMI Alexandre Mattiussi. Il cite également Guillaume Henry chez Carven et Kenzo, dont la collection est dessinée par les New-yorkais Humberto Leon et Carol Lim.

Puis, le 30 juin au soir, les mannequins hommes cèderont les podiums aux femmes pour la haute couture automne-hiver 2013-2014. Quatre jours de luxe: la haute couture, un artisanat exclusivement parisien, s'adresse aux quelque 200 femmes les plus riches de la planète.

Givenchy absent

L'appellation juridiquement protégée répond à plusieurs critères: un travail réalisé largement à la main, des pièces uniques sur mesure, le nombre d'employés dans les ateliers, etc.

La présentation de Christian Lacroix chez Elsa Schiaparelli est l'un des rendez-vous les plus attendus. Elle marque le retour dans la mode du couturier, le temps d'une collection unique. Christian Lacroix avait présenté son dernier défilé en juillet 2009 et, depuis, a surtout travaillé pour le théâtre. Il doit présenter quinze pièces en forme d'hommage à la créatrice italienne, décédée en 1973.

La maison, qui a fermé en 1954, a été rachetée en 2006 par le patron de Tods et Roger Vivier, Diego della Valle. Elle a rouvert officiellement en juillet 2012 au 21 place Vendôme, dans les locaux historiques de la grande rivale de Coco Chanel.

Cela fait justement 100 ans que Gabrielle Chanel ouvrait sa première boutique: c'était à Deauville au cours de l'été 1913. Karl Lagerfeld présentera le défilé couture le 2 juillet.

En revanche, Givenchy est absent du calendrier de la haute couture pour la deuxième saison consécutive. Le créateur Riccardo Tisci "a travaillé sur de nombreux autres projets", explique la maison qui cite notamment son travail sur les costumes du Boléro de Ravel à l'opéra Garnier. "Riccardo est quelqu'un de perfectionniste" et "ne présenterait pas une collection qui ne le satisferait pas", indique la maison.

Le duo néerlandais Viktor&Rolf est au contraire de retour dans le calendrier de la couture, après plus de dix ans d'absence.

Pour ceux qui ont toujours rêvé d'assister à un défilé couture, la maison Frank Sorbier met en vente une petite centaine de places à la Fnac, pour son défilé qui aura lieu le 3 juillet. L'objectif est de financer les collections, explique la maison, qui précise qu'une partie du prix peut être déduit des impôts. Les places vont de 43 euros à... 8.000 euros. La place à 2.500 euros donne droit, en plus du show, à une veste customisée de Frank Sorbier. Tellement luxe!

ctx/fa/ed/ref

Par Caroline TAIX

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.