×
Publicités
Publié le
3 mai 2023
Temps de lecture
3 minutes
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les écarts de salaires se creusent dans les grandes entreprises, alerte Oxfam

Publié le
3 mai 2023

Dans les cent plus grandes entreprises françaises, les dirigeants gagnent désormais 97 fois le salaire moyen de leurs salariés, contre 64 fois il y a dix ans, alerte l’ONG Oxfam. L'organisation de lutte contre les inégalités pointe que, entre 2009 et 2021, les salaires des PDG ont augmenté de 66%, contre 14% pour la part "redistribuée aux salariés".


Shutterstock


"Moi aussi cela me choque", réagissait Emmanuel Macron le 27 avril dernier, lors d'une visite à Dole, dans le Jura, se fiant aux données de l’ONG pilotée par l’ex-députée Cécile Duflot. "Quand les écarts atteignent ces proportions, vous ne pouvez plus les expliquer aux gens", indiquait le locataire de l’Elysée, qui avait fait du "ruissellement" des fonds une pierre angulaire de sa politique de soutien aux entreprises.

Dans ce rapport librement accessible de 36 pages, Oxfam tacle particulièrement les cas des entreprises Teleperformance, Stellantis et Dassault Systèmes. L'ONG met surtout en exergue le rôle des grandes entreprises françaises dans le creusement des inégalités. Est par ailleurs lourdement critiqué l’indexation des salaires de dirigeants sur des critères à court terme, alignant l’intérêt des PDG avec ceux des actionnaires, dixit Oxfam, au détriment d'enjeux à plus long terme comme la responsabilité sociale et environnementale. L’ONG pointe par ailleurs que cette situation devient d’autant plus problématique au regard de la situation côté salariés.

"La faible augmentation des salaires, combinée à la hausse de l'inflation, a entraîné une diminution du salaire réel de l’ensemble des travailleurs", rappelle Oxfam. "En février 2023, le taux d'inflation a atteint 6,3% en un an, alors que les salaires dans le secteur privé n’ont augmenté que de 3,8%. Les augmentations de salaires sont même bien en deçà du taux d’inflation de biens de consommation courante tels que l’alimentation dont les prix ont augmenté de 14,8% sur la même période. Le pouvoir d'achat de la population française s'affaiblit, les inégalités socio-économiques s'aggravent, et la frustration montante s’observe à travers les nombreuses grèves et manifestations."

Le rapport souligne que des solutions pour réduire les conséquences de l’accroissement des inégalités de richesse sont aujourd’hui plus que vitales. L’ONG milite notamment pour le respect d’un écart de rémunération maximum de 1 à 20 entre la rémunération du dirigeant ou de la dirigeante et le salaire médian. Oxfam revendique pour sa part un rapport de 3,4 entre le plus bas et le plus haut salaire de l’organisation.

Écarts de salaires entre hommes et femmes



Les écarts de salaires entre hommes et femmes sont également évoqués. En 2021 dans le secteur privé, les femmes auraient gagné 24% de moins que les hommes, avec 16% d’écart de salaire à temps de travail égal, et 4% à poste comparable. Et tandis que moins de 11% des entreprises observées sont dirigées par des femmes, ces femmes dirigeantes gagnent en moyenne 36% de moins que leurs confrères masculins.

Ce sujet est aussi l’occasion pour Oxfam de tacler l'index de l'égalité professionnelle mis en place par l’exécutif. Et notamment son "indicateur d’écart d’augmentation individuelle", qui donnerait facilement de bonnes notes illusoires aux entreprises. “ Si 10 femmes sont augmentées de 10 euros tandis que 10 hommes sont augmentés de 100 euros, l’entreprise obtiendra tous les points sur cet indicateur”, indique le rapport.

Oxfam reprend par ailleurs les résultats de l’Observatoire de la féminisation des entreprises publiés chaque année par l’école de commerce Skema Business School. L’édition 2023 plaçait Kering et L’Oréal au rang des “entreprises féminines”, le pourcentage élevé de femmes au comité exécutif reflétant l’importante part de femmes dans l’encadrement. A contrario, LVMH y était classé dans la catégorie “entreprise machiste” (sic). Une dénomination attribuée quand le pourcentage de femmes cadres est supérieure à la moyenne mais que leur part dans le comité exécutif est inférieure à la moyenne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com

Tags :
Business