×
Publicités
Publié le
19 juil. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les enseignes de mode signent des soldes d’été en repli de 10% par rapport à l’avant-Covid

Publié le
19 juil. 2022

Les derniers jours des soldes ont permis aux enseignes de mode d’effectuer un petit rattrapage et de ne pas afficher un tableau encore plus décevant. Durant cette période de rabais, du 22 juin au 19 juillet, ces acteurs ont vu leurs ventes en magasin se replier de 10% par rapport aux soldes d’été d’avant-crise, en 2019, indique le panel Retail Int. pour l’Alliance du commerce. Le démarrage des soldes avait été très morose, affichant une chute d’activité de 19% sur les cinq premiers jours.


Shutterstock


Pendant ces quatre semaines de promotions, les chaînes d’habillement ont surtout souffert d’un trafic en berne, en repli de 21% par rapport aux soldes d’été 2019. Cette tendance de baisse des ventes assortie d’une chute de fréquentation plus marquée encore s’inscrit "dans la continuité des tendances observées au cours du premier semestre 2022 (-9% d’activité et -21% de trafic)", précise l’organisation professionnelle. Cela traduit une persistance des comportements nés durant la pandémie, les consommateurs se rendant moins souvent en boutique.
 
Durant les soldes, une hausse du panier moyen de 11,2% a été enregistrée: elle révèle selon l’Alliance du commerce "une gestion du taux de démarque plus fine par les enseignes", ainsi que l’impact de l’inflation, les distributeurs mode ayant augmenté leurs prix.

Côté e-commerce, les ventes en ligne de ces acteurs ont progressé de 60% durant la période de rabais, par rapport à 2019. Une hausse marquée qui ne permet que de compenser partiellement la chute d’activité en point de vente.
 
Alertant sur la situation des enseignes, le directeur général de l’Alliance Yohann Petiot souligne que les commerçants doivent toujours "faire face à l’explosion du coût de leurs matières premières, du transport, mais aussi de l’énergie, des loyers et des salaires. Dans ces conditions, les commerçants ne peuvent plus payer des loyers décorrélés de la réalité de leur activité économique".
 
Six fédérations du secteur du commerce (dont l’Alliance du commerce, Procos, le CNCC et la FNH) viennent ainsi de lancer un appel au gouvernement et aux députés dans le but de plafonner l’évolution des loyers commerciaux dans le cadre du projet de loi sur le pouvoir d’achat, actuellement débattu à l’Assemblée jusqu’au 21 juillet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com