Les filles romantiques, entre vice et vertu, de Simone Rocha

Pureté et perversité coexistaient au défilé diaboliquement romantique de Simone Rocha. Des mannequins iconiques des décennies passées ajoutaient à l'ambiance de ce véritable moment de mode.


Voir le défilé
Simone Rocha - automne-hiver 2019 - Womenswear - Londres - © PixelFormula

La collection mélangeait des visions ultra-féminines avec des références à la sculpture brute de Louise Bourgeois pour énoncer une vraie déclaration de mode. Depuis son premier défilé en 2010, Simone Rocha a développé un style très identifiable, infusé d'un romantisme altier, exprimé avec une poésie avant-gardiste.
 
La créatrice irlandaise coupe des robes et des manteaux garnis de volants exagérés, d'une avalanche de plis et de fronces, sans écraser le propos général de ses collections. Simone Rocha adore les noirs profonds, le velours, les motifs floraux et les soies vintage - qui donnent à ses vêtements une certaine majesté, mais sans les rendre poussiéreux pour autant.

Sous les ors de la Royal Academy of Arts, les mannequins déambulaient à travers plusieurs salles en enfilade, entraînés par une bande-son très dramatique. Dans une superbe « architecture sonore » dont il a le secret, Frédéric Sánchez a réussi à associer « The Willow Song » de Meredith Hall & Jacob Heringman à « Samba à Maggy » de Blou & Choeur Du Nouveau Monde.

Chloë Sevigny, Jenny Howarth, Lindsey Wixson et toute une bande de mannequins iconiques des décennies précédentes défilaient dans des trench-coats en tulle semi-transparent, portés sur des robes couleur chair. Simone Rocha a choisi des codes inspirés de la lingerie pour achever une grande partie de ses pièces. Certaines de ses robes du soir étaient de véritables sculptures, coupées avec panache.

La collection a reçu une ovation enthousiaste de la part d'un public qui comprenait notamment l'ambassadrice du British Fashion Council, Laura Bailey, la chanteuse Paloma Faith, la styliste Daisy Lowe. 

« Sécurité et intimité. J'ai commencé par jouer avec mes idées avant de me mettre carrément dans la peau d'un voyeur », explique Simone Rocha dans un éclat de rire, entourée par son équipe dans les coulisses bondées du défilé.

Autre influence importante, les films en Technicolor de Michael Powell, d'où les ballerines écarlates, en référence à son chef-d'oeuvre : Les Chaussons rouges.


Voir le défilé
Simone Rocha - automne-hiver 2019 - Womenswear - Londres - © PixelFormula

Simone Rocha s'est même associée à la Easton Foundation de Louise Bourgeois, multipliant les clins d'oeil aux tissus et aux motifs de l'artiste française, transposés sur de magnifiques robes en taffetas.

En résumé, un défilé et une collection mémorables qui jouaient sur la transparence, tout en expérimentant avec ardeur sur le terrain du tailleur.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER