×
Publicités
Publié le
18 juil. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les Galeries Lafayette développe son pôle horlogerie-bijouterie

Publié le
18 juil. 2012

Les Galeries Lafayette musclent leur offre bijoux. Le groupe vient en effet d’acquérir, pour un montant non dévoilé, la chaîne de bijouterie et joaillerie française Didier Guérin. Le distributeur rafle ainsi un réseau de 34 magasins (principalement situés à Paris et en région parisienne) ayant généré en 2011 un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros.


Capture d'écran du site Didier Guérin

Une opération qui permet au groupe Galeries Lafayette de faire coup double en renforçant son pôle horlogerie - initié en 2002 via le rachat d’EuropaQuartz-Goldy suivi cinq ans plus tard de celui de la société Louis Pion-Royal Quartz - et en complétant son offre avec le bijou moyen de gamme.

Car, jusqu’à présent, c’est en matière de distribution de montres que le groupe revendiquait sa place de leader français avec ses deux enseignes Louis Pion (environ 120 points de vente) et Royal Quartz (une dizaine implantée en région parisienne et dans les aéroports). Deux enseignes qui, en 2011, ont totalisé des ventes à 174 millions d'euros en hausse d’environ 12% alors que le groupe Galeries Lafayette a enregistré sur la période un chiffre d’affaires de 5,6 milliards d’euros.

Avec l’arrivée dans son giron de l’enseigne Didier Guérin et son offre vaste (bijoux, or, argent, fantaisie, montres), les Galeries Lafayette passent donc à l’offensive sur le bijou et font désormais face au Manège à Bijoux (groupe Leclerc) qui avec ses 280 espaces et ses 212 millions d’euros de chiffre d'affaires revendique "lui" la place de premier bijoutier de France. Mais d’autres n’ont pas dit leur dernier mot, comme la coopérative Synalia qui, avec ses 450 points de vente (La Guilde des Orfèvres, Mégalithes, Julien d’Orcel, Heure & Montres et Parfait Alibi), totalise des ventes à 255 millions d’euros, et vient de lancer Ozencia, un nouveau concept-magasin de centre-ville positionné sur un segment bijouterie moyen/haut de gamme.

Le secteur de l’horlogerie-bijouterie-joaillerie reste donc en éveil. Il est vrai que ses ventes continuent de grimper puisqu’en 2011 en France elles ont pesé 5,5 milliards d’euros en hausse de 3%.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com