×
Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
20 janv. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les guerriers vagabonds de Craig Green à la conquête de Paris

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
20 janv. 2020

Il y a quelque chose de très noble dans tous les défilés Craig Green, le roi du chic nomade, qui a fait ses débuts sur les podiums parisiens dimanche dernier, dans la fraîcheur matinale.


Craig Green - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter masculin - Paris - © PixelFormula


Chaque silhouette présentée était un assemblage d’artefacts – trouvés, cherchés, empruntés ou magnifiés – qui dessinaient ensemble des proportions inattendues et des angles surprenants, avec un sens croissant du spectaculaire.

Aucun défilé pour homme de l’agenda européen n’est plus attendu que celui de Craig Green, l’esprit le plus original de la mode masculine en ce moment. Et dans ce domaine, aucun créateur ne s’est attiré critiques plus dithyrambiques que lui. Cette collection automne 2020 ne fera pas exception.

Il a ouvert le bal avec des explorateurs intergalactiques, dans des tenues immaculées ou gris acier composées de doudounes satinées aux finitions délicates, avec des poches à rabats et des renforts sur l'abdomen, toutes recouvertes de harnais gonflables et associées à des coiffures rembourrées – protection, raffinement et puissance.

Craig Green a ensuite décliné nombre de ses détails signature : des silhouettes allongées, de multiples cols et des cordons à n’en plus finir pour diverses tenues fantasmatiques d’ouvriers high-tech. Mais il a aussi ajouté une nouvelle approche avec une cuirasse multi-plissée quasi moléculaire ou encore des débardeurs en résille aux fils bien distincts, attirant l’œil.

Des chamans de l’ère spatiale défilaient aux côtés de samouraïs en carapace souple et de vagabonds poétiques dans ce show présenté dans un salon XIXème siècle haut de plafond et coiffé d’une verrière, dans le quartier du Temple à Paris.

À mi-chemin, le créateur a accéléré la cadence avec de très beaux imprimés floraux semblables à des collages géants – tournesols à pétales verts et chardons mordorés pleins de douceur.

Avec le tube de série télé Himmelfahrt de Mark Allen Shepherd qui bouillonnait dans les enceintes, comme pour annoncer l’atterrissage d’un extraterrestre, les mannequins ont marché victorieusement jusqu’au final. Ultra avant-gardiste, et pourtant tout à fait adaptable en fringues faciles à porter et très tendance. Pas étonnant que le défilé ait fait le plein de grands distributeurs.
 

Craig Green - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter masculin - Paris - © PixelFormula


"Comme des points de repère surgissant du terrain, un système de codes visuels sélectionnés pour leur signification particulière commence à se développer", expliquait le programme de Craig Green, tentant ainsi une incursion dans la rubrique des citations pseudo-intellectuelles ratées du magazine satirique anglais Private Eye (même si on se contente ici de pinailler sur un défilé somme toute fantastique).

Et fort justement, ce défilé a valu à Craig Green l’ovation la plus sonore relevée à ce jour par l’applaudimètre de la saison de mode masculine européenne.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com