×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
26 sept. 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les horlogers suisses à l'heure du ralentissement

Par
Reuters
Publié le
26 sept. 2008

ZURICH (Reuters) - La santé des marchés émergents ne permettra pas à l'horlogerie suisse de redresser une année 2008 marqué par un ralentissement marqué pour cette activité emblématique.


Piaget collection Black Tie 2008

L'année 2009 ne s'annonce pas mieux alors que de nombreux clients potentiels sont en train de plier bagage dans le monde de la finance après avoir vu leur employeur mettre la clé sous la porte.

"Les gros bonus de ces dernières années, c'est du passé", rappelle Thane Duff, analyste luxe chez Investec Securities.

L'horlogerie suisse devrait enregistrer une croissance de 10 % en 2008 contre 16 % en 2007. L'année 2009 devrait enregistrer une progression à un chiffre seulement.

"Ce qui est nouveau, c'est que le marché européen se refroidit", souligne Patrik Schwendimann à la Banque cantonale de Zurich.

Les dernières turbulences ont jeté une ombre sur les intentions d'achat pour la période cruciale des fêtes de fin d'année.

"Il paraît évident que nous ne verrons pas les taux de croissance réalisés ces quatre dernières années", estime René Weber, analyste à la Banque Vontobel, qui prévoit toutefois une progression de 5 % en francs suisses pour 2009.

Richemont a déjà reconnu que l'activité avait montré des signes d'essoufflement aux Etats-Unis entre avril et août.

La résistance des marchés émergents indique que l'horlogerie helvétique est mieux placée qu'au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 ou de l'épidémie du SRAS en 2003.

"La Russie et la Chine étaient beaucoup moins importantes il y a cinq ou six ans. Nous assistons à une profonde diversification géographique qui va soutenir la demande", estime Thane Duff.

Le dollar pourrait y contribuer grâce à son rebond qui lui a permis de reprendre près de 10 % par rapport au franc suisse.

"Richemont et Swatch sont bien positionnés, avec des marques fortes et une bonne santé financière. Un ralentissement économique est déjà 'pricé' dans leur cours avec des évaluations proches de leurs plus bas historiques", souligne Andrea Gerst, gestionnaire de fonds chez Julius Baer.

L'action Swatch a perdu près de 40 % de sa valeur depuis janvier et Richemont près de 33 %.


Vacheron Constantin collection Patrimony

Pour d'autres analystes, le segment du luxe devrait mieux passer la crise que d'autres puisqu'il aura plus de facilité à maintenir ses prix élevés.

Les exportations horlogères suisses ont progressé de 6,3 % en août, mais la croissance a été de 14,7 % pour les montres de plus de 3 000 francs suisses (1 900 euros). Pour Thane Duff, le segment des montres de 200 à 3 000 francs est le plus vulnérable.

Richemont, avec des marques comme Piaget, Constantin Vacheron, Lange & Soehne et Jaeger-LeCoultre, semble donc à l'abri, tout comme Swatch avec ses marques Breguet et Blancpain tandis que LVMH et PPR seraient plus exposés puisque leurs marques TAG Heuer et Gucci évoluent dans la catégorie inférieure.

"Ce sont les pièces les plus chères qui affichent des croissances fantastiques", rappelle Patrik Schwendimann à la BCZ.

Swatch bénéficie d'un autre atout avec ses montres pour enfant dont la progression ne devrait pas ralentir, ce qui devrait profiter à la marque Swatch, qui se positionne dans les premiers prix, ajoute Thane Duff.

Par Katie Reid

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.