×
5 295
Fashion Jobs
GROUPE ARMAND THIERY
Acheteur Produits à Façon H/F
CDI · LEVALLOIS-PERRET
TOMMY HILFIGER
Sales Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger & Calvin Klein - Printemps Cagnes-Sur-Mer- CDI 35h
CDI · CAGNES-SUR-MER
PVH CORP.
Sales Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Talange - CDI 35h
CDI · TALANGE
SINTEL RECRUTEMENT
Chauffeur Livreur /Manutentionnaire PAP
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Intendant Services Généraux
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Chef de Produits Senior (H/F)
CDI · GONESSE
CITY ONE
Chef Hote Pour Production Audiovisuelle (H/F) -CDI- 35h
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
CDI Responsable Régional - Centre (H/F)
CDI · TOURS
CALZEDONIA SIEGE
Chargé(e) Administration du Personnel et Paie - CDI - Paris
CDI · PARIS
AMERICAN VINTAGE
Chef de Projet Amoa E-Commerce (H/F)
CDI · SIGNES
REVLON
Chef de Produit Senior Personal Care H/F
CDI · PARIS
STRIDE-UP
SEA / Social Ads Acquisition Manager - Mode
CDI · PARIS
INTIMISSIMI
Animateur Régional Des Ventes H/F - Paris
CDI · PARIS
BLUE BOX
Responsable Approvisionnement Retail H/F
CDI · L'UNION
BLUE BOX
Responsable Paie H/F
CDI · L'UNION
TEDDY SMITH
Directeur Comptable H/F
CDI · L'UNION
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Annemasse
CDI · ANNEMASSE
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Marseille Les Terrasses du Port
CDI · MARSEILLE
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Marseille Saint Ferréol
CDI · MARSEILLE
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Aix en Provence
CDI · SAINT-ANTONIN-SUR-BAYON
SANDRO
Responsable Qualité Chaussures/Maroquinerie H/F
CDI · PARIS
RETAIL CONSEIL
Brand Manager Wholesale Showroom
CDI · PARIS
Par
AFP
Publié le
20 janv. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les horlogers suisses, rattrapés par la crise, espèrent une stabilisation en 2017

Par
AFP
Publié le
20 janv. 2017

Les fabricants de montres suisses de très grand luxe, réunis cette semaine au salon de la haute horlogerie à Genève, espèrent que l'année 2017 marquera enfin une stabilisation de leurs ventes après avoir été rattrapés par la crise.

AFP


Depuis deux ans, les horlogers suisses, qui s'étaient habitués à faire tourner leurs manufactures à plein régime, ont été confrontés à une nette baisse de leurs ventes, forçant plusieurs d'entre eux à tailler dans les effectifs.

« Nous avons connu une année 2016 difficile », a reconnu Jean-Daniel Pasche, le président de la fédération horlogère suisse, lors d'un entretien avec l'AFP, précisant qu'il s'attendait cependant à des exportations stables, « à peu près de la même ampleur » pour 2017.

Les statistiques pour les exportations horlogères suisses en 2016 ne seront publiées que la semaine prochaine, mais elles s'inscrivaient déjà en baisse de 10,4 % entre janvier et novembre, après un repli de 3,3 % en 2015.

« On arrive au bout, je crois, de ce qui est une crise structurelle », a toutefois estimé Manuel Emch, le directeur général de la marque de luxe Romain Jerome.

« On voit que (le marché) chinois a repris et que l'hémorragie s'est arrêtée sur certains marchés », a-t-il noté en référence en particulier à Hong Kong, le premier marché d'exportations pour les horlogers suisses.

Le secteur avait connu une phase de très forte expansion grâce à la demande des consommateurs chinois mais la machine s'était grippée lorsque Pékin avait imposé en 2013 des mesures de lutte contre la corruption qui avaient durement touché les ventes de produits de luxe.

Les défis se sont depuis multipliés, entre la « Révolution des parapluies » en 2014 à Hong Kong qui a fait fuir les touristes chinois qui venaient y faire leurs achats de montres, la chute du rouble qui a miné le pouvoir d'achat des collectionneurs russes, ou encore l'entrée en lice de nouveaux concurrents avec les montres connectées.

« Tous ces facteurs en même temps, plus les attentats terroristes en Europe, cela faisait quand même beaucoup en très peu de temps », a pointé Manuel Emch, rappelant que la demande avait alors ralenti très vite.

Une équation encore fragile

Les mesures prises par les horlogers suisses depuis deux ans pour réduire les cadences de production devraient, selon lui, commencer à faire effet, « mais l'équation reste fragile », a-t-il prévenu.

Les boutiques de montres, qui ont peiné à écouler leurs stocks face à la baisse de la demande, tendent désormais à faire des « choix stratégiques » lorsqu'elles regarnissent leurs présentoirs avec les nouvelles collections, en privilégiant les valeurs sûres dans l'horlogerie, plutôt que les petites marques pointues.

L'an passé, Richemont, le numéro deux mondial de l'horlogerie, propriétaire entre autres des marques Cartier, Piaget ou IWC, a procédé à d'importants rachats de stocks auprès des détaillants asiatiques pour reprendre les modèles qui ne trouvaient plus preneurs.

Vendredi, le groupe genevois a surpris favorablement, avec la publication de ventes trimestrielles encourageantes, en hausse de 5 % en monnaies locales, suggérant que ces mesures commençaient à porter leurs fruits sur fond d'embellie en Chine.

« Je pense qu'ils ont probablement vidé le plus gros des stocks et qu'il peuvent maintenant commencer à les regarnir y compris avec des modèles à des niveaux de prix plus bas », a estimé Jon Cox, analyste chez Kepler Cheuvreux, lors d'un entretien téléphonique avec l'AFP.

Comme attendu, de nombreuses marques présentaient au salon des montres à l'élégance plus sobre, déclinant leur collection avec des matériaux plus abordables. Parmigiani Fleurier, une prestigieuse marque horlogère, reprenait ainsi un des ses grands classiques, la Tonda 1950, proposant une version en acier à 8.950 euros, contre 15.700 euros pour le modèle en or blanc serti.

« En ce moment, on revient aux codes de base, avec des pièces emblématiques », a expliqué Michel Parmigiani, le fondateur de société, qui présentait une version revisitée de la Toric, son modèle historique.

Le salon de la haute horlogerie ferme ses portes ce 20 janvier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.