×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
27 août 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les horlogers suisses sont prêts pour la reprise

Par
Reuters
Publié le
27 août 2009

ZURICH (Reuters) - Les horlogers suisses abordent les mois précédant Noël, durant lesquels ils réalisent une partie importante part de leur chiffre d'affaires, avec un optimisme prudent parce que le pire de la crise pourrait être passé.

Première entreprise horlogère du monde, Swatch Group constate que les détaillants se remettent à passer des commandes et s'attend à une hausse des ventes pour certaines de ses marques au second semestre.

Le rythme de contraction des exportations horlogères a ralenti en juillet, redonnant un léger sourire aux poids lourds de la branche. Il n'avait cessé d'accélérer de mois en mois depuis octobre, atteignant 32% en juin avant de marquer le pas à 26% en juillet.

Les analystes pronostiquent une croissance dans le bas d'une fourchette à un chiffre pour les exportations de montres helvétiques l'an prochain après un recul prévu entre 15 et 20% cette année.

"Nous nous attendons à ce que les chiffres en fin d'année soient meilleurs que durant les sept premiers mois", a confié Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération horlogère à Reuters. "Le recul de la demande ralentit. Les horlogers font état d'une reprise dans certains marchés, tels que l'Asie et le Moyen Orient", a-t-il ajouté.

RETOUR DU POUVOIR D'ACHAT

Le secteur de l'horlogerie, qui représente 7% des exportations du pays, connaît sa crise la plus grave depuis la fin des années 1970 lorsque les montres à quartz japonaises menaçaient la production des mouvements mécaniques en Suisse.
La crise financière actuelle a particulièrement affecté les ventes de montres haut de gamme, beaucoup de banquiers ne disposant plus de bonus pour s'acheter des objets de luxe.

Toutefois, le redressement des marchés d'action et le rebond des prix des matières premières pourraient doper le pouvoir d'achat des clients potentiels des maisons horlogères.

"Les marchés d'action sont remontés ces derniers mois, ce qui devrait soutenir le moral des consommateurs", estime de son côté Patrick Hasenboehler, analyste de la banque Sarasin.

"Des marchés importants comme la Russie et le Moyen-Orient dépendent des prix des matières premières qui sont aussi repartis à la hausse", a ajouté l'analyste.
En dehors de Swatch Group, qui possède les marques Omega, Longines ou encore Tissot, d'autres maisons horlogères ont fait état de prévisions plus optimistes.
Philippe Stern, président de Patek Philippe, a confié à Reuters la semaine dernière qu'il s'attendait à une légère hausse des ventes cette année.

Parmigiani Fleurier, également actif dans le haut de gamme, constate aussi une demande plus soutenue. "Les choses reprennent, les deux dernières semaines se sont très bien passées", a indiqué le directeur général Jean-Marc Jacot à Reuters mardi.

"Les détaillants doivent agir sur les niveaux de leurs stocks. Ils ont vendu des montres pendant trois mois sans en recommander, ils doivent repasser commande maintenant."

GARDER LE PERSONNEL

Patek Philippe, Swatch Group, Richemont qui compte Cartier dans ses marques, IWC et Vacheron Constantin ont gardé leurs employés pour ne pas se retrouver démunis de main d'oeuvre qualifiée au moment de la reprise.

A la manufacture de Patek Philippe à Plan-les-Ouates, près de Genève, des centaines d'artisans s'affairent toujours dans les ateliers où la crise semble bien lointaine.

"Nous étions préparés à la crise. D'autres marques n'avaient pas les réserves nécessaires mais nous oui", a souligné Thierry Stern, le futur président de la marque, lors d'une interview à Reuters. "Il semblait logique d'économiser lors des années grasses."

Swatch Group pour sa part s'est dit prêt à accepter une baisse des marges plutôt que de perdre des horlogers qu'il a mis des années à former.

"Lorsqu'on regarde les suppressions de postes dans des sociétés telles que Franck Muller et qu'on compare avec la situation chez Swatch Group, il devient clair que ce dernier sortira vainqueur lors de la reprise", a précisé Hasenboehler.

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.