×
Publicités

Les inspirations du poète de la mode Dries Van Noten aux Arts déco

Par
AFP
Publié le
3 mars 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 01 mars 2014 (AFP) - Le tailleur Bar de Dior, un portrait de Francis Bacon, une nature morte du XVIIème: le musée des Arts décoratifs plonge dans les multiples sources d'inspiration de l'un des créateurs les plus poétiques de la mode, le Belge Dries Van Noten. "Inspirations" n'est pas seulement une exposition de mode. Bien sûr, elle offre aux visiteurs quelques unes des plus belles créations féminines et masculines de Dries Van Noten, mais les vitrines sont également remplies d'oeuvres d'art se mélangeant à des extraits de film, des photos et des silhouettes qui ont marqué l'histoire de la mode de Paul Poiret à Yves Saint Laurent et Claude Montana.

Défilé Dries Van Noten automne-hiver 2008. Photo: DR.


A travers plus de 400 pièces, cette exposition est "un hommage à la créativité et au processus de création", explique à l'AFP la commissaire Pamela Golbin. Les créateurs sont sans cesse en quête d'inspiration et Dries Van Noten n'échappe pas à la règle, avec son style si reconnaissable. Il a présenté sa première collection à Londres, en 1986, avec le groupe des "Six d'Anvers", aujourd'hui encore synonyme d'avant-garde. Adulé des rédactrices de mode, il défile à Paris depuis 1983.

"The kiss" (le baiser), "Gold" (or), "Graphic" (graphique): les œuvres sont réparties par thèmes. Dans la vitrine "Punk", à côté de pièces Dries Van Noten, "La Vénus bleue" d'Yves Klein et aussi le célèbre tailleur Bar de Dior. Punk, le tailleur Bar ? "Il a été créé après la guerre, alors qu'on manquait de tissu. Il a fallu des mètres et des mètres de tissu pour le fabriquer. Alors, oui, pour Dries et pour moi, c'était un acte de rébellion", explique Pamela Golbin. Dries Van Noten et Pamela Golbin ont travaillé sur cette exposition pendant deux ans, entre Anvers, où vit le créateur, et Paris.

Une œuvre de l'artiste britannique Damien Hirst, "Rapture", accompagne une robe du soir "Papillon" d'Elsa Schiaparelli et la "Nature morte au panier de fleurs renversé" de Johannes Bosschaert (1627). Plus loin, le "Portrait de Michel Leiris" de Francis Bacon est exposé avec des créations de Dries Van Noten. Le peintre avait inspiré la collection femme hiver 2009.

Designer et jardinier

"Le point de départ d'une collection peut être très littéral ou bien abstrait: une peinture, une couleur, la pensée de quelqu'un, tout finalement", explique Dries Van Noten. Dans sa collection présentée mercredi dans le cadre des défilés pour l'hiver prochain, les fleurs étaient très présentes. C'est un thème récurrent chez Dries Van Noten et une grande partie de l'exposition leur est consacrée, avec notamment des robes des plus grands couturiers. "Je suis un jardinier, donc automatiquement les fleurs, ça revient partout: les fleurs symboliques, simplement leurs couleurs, ou bien les fleurs réelles", explique-t-il à l'AFP.

Ses inspirations exotiques, souvenirs ou voyages fantasmés, sont également là. "J'ai beaucoup voyagé en Inde, surtout dans les années 80", raconte-t-il. "A la fin des années 80, on a aussi commencé à travailler avec l'Inde, surtout pour faire nos broderies". "Je voyage beaucoup moins aujourd'hui, je travaille plus aussi", confie Dries Van Noten. Alors il puise son inspiration dans des expositions ; il lit, surfe sur la Toile, "en quête d'émotion" et de matériaux pour "nourrir sa créativité".

La mode est entrée dans les musées ces dernières années, mais appartient-elle pour autant à l'art? "Lorsque l'on regarde de près un manteau de Cristobal Balenciaga ou le tailleur Bar de Christian Dior (...), on peut dire que ce sont des œuvres d'art", juge Dries Van Noten. Lui qualifie la mode d'"art appliqué".

L'objectif est évidemment d'être vendu. Et la poésie de Dries Van Noten séduit aux quatre coins du monde: ses créations sont vendues dans environ 500 points de vente.

"Dries Van Noten. Inspirations". Du 1er mars au 31 août au musée des Arts décoratifs.

Par Caroline TAIX

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.