×
5 965
Fashion Jobs
MAJE
Directeur(Trice) Collection Accessoires H/F
CDI · PARIS
SWAROVSKI
CDI - Directeur Finance France & Benelux (H/F) - Paris
CDI · PARIS
AMI - ALEXANDRE MATTIUSSI
CDI - Europe Celebrities Relations Manager H/F
CDI · PARIS
IKKS JUNIOR
Acheteur / Merchandiser Retail (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
GALERIES LAFAYETTE
Manager Des Ventes H/F
CDI · PARIS
LE BON MARCHE
Inspecteur Sécurité Retail F/H
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Raf - Responsable Administratif et Financier - Head of Finance
CDI · PARIS
AMI - ALEXANDRE MATTIUSSI
CDI - Responsable de Production Accessoires, Maroquinerie, Chaussure H/F
CDI · PARIS
BED AND PHILOSOPHY
Responsable Achats Approvisionnements
CDI · TOULOUSE
CELIO
Responsable Formation E-Learning H/F
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
IZIPIZI
Commercial France H/F - Zone Nord Est
CDI · VILLÉ
CELIO
Trésorier Cash Manager H/F
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
BRAND SISTERS
Responsable Comptabilite Client (H/F) - CDI
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Déménageur / Emballeur - CDI (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
FALCONERI
Animateur Régional Des Ventes H/F - CDI - Paris/Ile-de-France
CDI · PARIS
AGNÈS B.
Responsable Technique Des Accessoires
CDI · PARIS
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes H/F - CDI - Paris/Ile-de-France
CDI · PARIS
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes H/F - CDI - Rhônes-Alpes
CDI · DIJON
GROUPE IKKS
Chef de Projet IT Senior (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
BALMAIN
Responsable Formation Retail H/F
CDI · PARIS
DOLCE & GABBANA
Stock Supervisor H/F - la Vallée Village
CDI · SERRIS
LABOMODE GROUP / FASHOP
Chef(fe) de Projet
CDI · STRASBOURG
Publicités
Par
Les echos
Publié le
11 mai 2007
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les marques du luxe italiennes cherchent à pousser leur avantage en Inde

Par
Les echos
Publié le
11 mai 2007

Autre pays, autre méthode. Valentino, Dolce & Gabbana, Ferragamo et bientôt Armani. Les marques italiennes de luxe poursuivent en Inde l'offensive entamée en 1999.


Valentino campagne publicitaire printemps-été 2007

Malgré leur avance sur leurs concurrentes françaises, elles n'ont guère obtenu plus de résultats. Les exportations italiennes liées au textile se sont limitées l'an dernier à 46 millions d'euros, alors que l'Inde est le sixième plus important fournisseur de la péninsule dans ce secteur.

Aussi les patrons transalpins ont-ils décidé de se faire entendre. « Le temps passé à ouvrir quatre magasins en Inde permet d'en installer douze à Mexico. Les Indiens préfèrent discuter que faire des affaires », a lancé au représentant du ministre indien du Commerce et de l'Industrie Armando Branchini, le responsable d'Altagamma, pendant du Comité Colbert chargé de la promotion du luxe "made in France".

Avant de s'en prendre aux droits de douane trop élevés, « un désastre ». « Je connais des couples qui habitent Bombay et organisent des week-ends à Dubaï pour acheter des vêtements haut de gamme, parce qu'ils les paient là-bas 30 % moins chers qu'en Inde. On ne peut pas dire que cela soit bénéfique à votre économie », a-t-il déploré.

Une attaque à laquelle le gouvernement a rétorqué en faisant état des avancées réalisées depuis un an. « Il faut aujourd'hui 85 jours pour monter une affaire en Inde, contre 134 il y a quelques années, a insisté le secrétaire d'Etat au Commerce, Ajay Dua. La bureaucratie n'est-elle pas aussi lente en France et en Italie ? » Quant aux barrières douanières, elles visent d'abord à ne pas pénaliser les producteurs locaux, a-t-il précisé, tout en promettant de corriger la situation dans le cadre des négociations avec l'OMC.

Au-delà des déclarations, les Italiens sont passés à l'action. En juin, Altagamma a signé avec un promoteur anglais, McArthurGlen, un joint-venture qui construira des centres commerciaux réservés aux marques transalpines. Un accord entre l'Institut national du design à Ahemdabad et l'université Bocconi de Milan a aussi été conclu pour la création d'une formation liée à la mode.

Même le Premier ministre est à la manoeuvre. En février, Romano Prodi est venu, accompagné d'une forte délégation de patrons du textile et de la mode, dans quatre villes du pays. La concurrence avec les Français ? « Nous avons gagné la Coupe du monde de football, je ne dirai rien sur les marques françaises, si ce n'est que nous avons plus de fantaisie dans la création », juge, perfide, Michele Norsa, le directeur général de Ferragamo. Des allusions auxquelles reste sourd le comité Colbert : « N'oubliez pas que la majorité des marques italiennes appartient à des entreprises françaises », rappelle Elisabeth Ponsolle des Portes, sa déléguée générale.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Les Echos