×
Publicités
Publié le
10 mai 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les premiers jeans Jules ou Pimkie "made in France" sortiront d'usine fin 2021

Publié le
10 mai 2021

Malgré la crise et les difficultés subies par le secteur du prêt-à-porter, la famille Mulliez n’a pas repoussé ou enterré le projet phare de son groupe de mode FashionCube (Jules, Pimkie, Grain de Malice, Bizzbee, Orsay, RougeGorge), à savoir la relocalisation dans le Nord d’une usine de confection dédiée au jean. Chiffré à 3,5 millions d’euros d'investissement, ce site basé à Neuville-en-Ferrain, dans un des berceaux historiques du textile en France, produira ses premières pièces en denim en fin d’année.


FashionCube a choisi un terrain situé à Neuville-en-Ferrain, une localité proche des différents sièges et entrepôts de ses marques. - DR


Le "FashionCube Denim Center", dont la construction débute, s’étendra sur 2.700 mètres carrés, dont 400 mètres carrés de bureaux. C’est tout le cycle de création d’un produit qu’il sera possible de repenser et superviser sur place, grâce notamment à la présence d’un "fablab", un espace innovation dédié aux équipes de conception de chaque enseigne. Le complexe, qui doit respecter la réglementation environnementale RT 2020 et vise à terme la labellisation B-Corp, porte "la volonté de devenir un véritable lieu de vie autour de la fabrication de vêtements en denim".

Alors qu'une alliance avec un spécialiste du denim été prévue aux prémisses du projet,  ce site de production est finalement mis au point et opéré directement par FashionCube, sans partenaire.

Sur le plan technique, l’usine fonctionnera en semi-automatisation et utilisera plusieurs solutions visant à limiter l’impact environnemental, comme un circuit semi-fermé en eau (utilisant 40 fois moins d’eau au cours du délavage, selon l’entreprise). Elle aura aussi recours à l’ozone ou au laser pour le traitement des pièces. La récupération des eaux de pluie est également prévue, tandis que l’installation de panneaux solaires est à l’étude.

Produire 410.000 jeans par an



L’objectif est donc de concevoir un circuit de fabrication local et plus responsable, mais aussi de montrer que la relocalisation en France peut permettre de maintenir des prix accessibles. Les jeans fabriqués à Neuville-en-Ferrain seront étiquetés entre 40 et 60 euros, soit une quinzaine d’euros de plus que l’offre actuelle de Pimkie, par exemple, tandis que Jules affiche déjà quelques articles en denim plus travaillés au prix de 59 euros.

Les premiers articles ‘made in Nord’ seront commercialisés à partir du premier trimestre 2022, tandis que le rythme de croisière envisagé pour 2024 est la production de 410.000 pièces par an.


Au sein des locaux, un large espace est dédié au traitement des pièces denim - DR


Concernant le volet social, l’entreprise annonce la création de 105 emplois, dont le recrutement commencera cet été. L’ambition étant d’intégrer 20 à 30% de salariés issus de quartiers prioritaires. Une directrice d’usine a d’ores et déjà été nommée en la personne d’Anne-Laure Roger, ingénieure textile, qui pilotait depuis huit ans un site de production de maroquinerie. Elle prendra ses fonctions le mois prochain.

Ce projet s’inscrit dans les stratégies "Positive Impact Fashion" et "Zero Waste" développées depuis 2018 par l’entité FashionCube, qui visent à ne produire que ce que les marques ont la capacité de vendre, "sans gâcher ni brader". Le cap 2030 a en outre été fixé pour ne plus utiliser des matières vierges afin de fabriquer les vêtements. Signataire du Fashion Pact, le groupe revendique avec ses six marques un chiffre d’affaires annuel de 1,5 milliard d’euros, dont 20% est généré sur le web. Il annonce totaliser 2.300 magasins et employer 9.000 personnes, avec une présence dans 40 pays.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com