×
Publicités
Par
AFP
Publié le
23 janv. 2007
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les salariés de la lingerie "mis à nu" par la financiarisation

Par
AFP
Publié le
23 janv. 2007

PARIS, 23 jan 2007 (AFP) - La fédération CFDT Hacuitex (habillement, cuirs, textiles) reproche mardi 23 janvier au "monde de la finance" (fonds de pension, groupes bancaires, etc) de "mettre à nus" les salariés de la lingerie, menacés de délocalisations et de restructurations.

Jusqu'ici préservée de la crise du textile, "la lingerie masculine et féminine est attaquée par le monde de la Finance : Well, Dim, Arena, Aubade, tous repris par des fonds de pension et des groupes bancaires, tous font l'objet de restructurations et de délocalisations", dénonce la CFDT dans un communiqué.

"Des centaines de licenciements sont en cours : 300 chez Well, 450 chez Dim, 165 chez Arena", rappelle-t-elle à la veille d'un rassemblement à Paris de ces salariés, prévu mercredi 24 janvier au midi devant l'Assemblée nationale.

Pour la CFDT Hacuitex, la question de l'emploi a été "cruellement absente des débats lors de la Conférence sur l'emploi et les revenus", le 14 décembre.

"Que font ceux qui nous dirigent pour répondre aux situations difficiles ? Au Vigan (Gard), à Château-Chinon (Nièvre), à Libourne (Gironde), les bassins d'emploi sont fragilisés !", souligne-t-elle.

Outre des moyens "importants" pour la revitalisation de ces bassins, le syndicat réclame "une expertise nationale sur l'ensemble des choix stratégiques de ces patrons financiers" et le renforcement du dispositif national en faveur du secteur textile/habillement/cuirs.

La fédération CFDT souhaite aussi la création d'"un congé d'orientation" pour que chaque salarié concerné ait "le temps et les moyens de construire son projet de reconversion".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.