×
5 051
Fashion Jobs
HUGO BOSS FRANCE
Supervisor Stock - Roubaix H/F
CDI · ROUBAIX
HERMES
CDI - Chargé de Stock (H/F) - Biarritz
CDI · BIARRITZ
HUGO BOSS FRANCE
After Sales Manager H/F
CDI · PARIS
BLUEMARBLE
Chef de Produit
CDI · PARIS
YVES SAINT LAURENT SAS
Saint Laurent Chef de Produit Développement PAP H/F
CDI · PARIS
CONCEPT RECRUTEMENT
Directeur Régional (H/F) – Mode – CDI - Paris
CDI · PARIS
PROJECT X PARIS
Responsable de Réseau de Franchises Europe
CDI · ROISSY-EN-FRANCE
THE NETWORKERS
Directeur Retail H/F
CDI · MASSY
AMI - ALEXANDRE MATTIUSSI
CDI - Gestionnaire Stock Retail H/F
CDI · PARIS
GROUPE CITY ONE
Chargé Des Relations Sociales H/F (Roissy)
CDI · ROISSY-EN-FRANCE
GALERIES LAFAYETTE - CB
Acheteur Exploitation et Travaux H/F
CDI · PARIS
TEZENIS
Animateur Régional Des Ventes - CDI - Paris (H/F)
CDI · PARIS
HERMES
CDI - Information Security Officer (Riso) - H/F
CDI · PIERRE-BÉNITE
YVES SAINT LAURENT SAS
Saint Laurent Logistic & Supply Project Manager H/F
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Boulogne Billancourt - CDI
CDI · NANTERRE
PANDORA
Merchandise Financial Planner / Open to Buy
CDI · MADRID
GALERIES LAFAYETTE - CB
Manager Vente H/F
CDI · BIARRITZ
CITADIUM
Area Manager Citadium Caumartin H/F
CDI · PARIS
LUXURY OF RETAIL
Animateur Réseau Pharmacie - Cannes/ Nice - CDI 35h - H/F
CDI · NICE
MARINE SERRE
Responsable Presse et Relations Publiques
CDI · PARIS
MADE IN DESIGN
Directeur Commercial Design Décoration Made in Design H/F
CDI · PARIS
GROUPE L'OCCITANE
CDI - Coordinateur Gestionnaire de Stock H/F - l'Occitane en Provence
CDI · PARIS
Publicités
Par
AFP
Publié le
20 mars 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les salariés de La Redoute divisés avant "l'ultimatum" de Kering sur le plan social

Par
AFP
Publié le
20 mars 2014

WATTRELOS, 20 mars 2014 (AFP) - Les salariés de la Redoute étaient divisés jeudi, entre manifestants dénonçant "l'ultimatum" du groupe Kering, qui met la pression pour obtenir la signature d'un accord sur le plan social avant jeudi soir, et un collectif "implorant" les syndicats de signer.

Photo : AFP.

Entre 500 et 700 salariés de l'ancien fleuron de la vente à distance, selon la police et la CGT, ont manifesté en fin de matinée à Wattrelos (Nord) pour réclamer de meilleures garanties et dénoncer la "précipitation" de l'actionnaire Kering, qui suspend l'avenir de l'entreprise à la signature par les syndicats d'un accord sur le plan social avant jeudi soir.

A l'appel de l'intersyndicale CFDT-CGT-Sud, le cortège a quitté le site industriel de La Martinoire vers 11H30 en direction de la mairie de Wattrelos, aux cris de "Pinault (patron de Kering, ndlr), voyou, La Redoute est à nous!", en klaxonnant et en sifflant.

Les manifestants, qui ont multiplié ces dernières mois défilés et blocages de La Martinoire, étaient rassemblés derrière deux banderoles de tête clamant "Pinault, les Redoutables réclament leur dû" et "Des garanties sociales pour tous les salariés".

L'accord sur le plan social "ne sera pas signé par la CGT, car on est encore très loin de nos revendications", a déclaré à l'AFP Jean-Christophe Leroy, délégué CGT. "Toujours pas de signature", a renchéri Virginie Soete, déléguée CFDT.

"C'est un nouveau coup de bluff, on n'imagine pas un groupe comme Kering déposer le bilan d'une entreprise comme La Redoute. Ils ont les moyens d'aller plus loin sur les sommes prévues" par le protocole, a poursuivi Jean-Christophe Leroy.

Kering (ex-PPR) a engagé la cession de La Redoute à Nathalie Balla et Eric Courteille, respectivement PDG de La Redoute et secrétaire général de sa maison mère Redcats, pour se recentrer sur le luxe. Deux mois après l'annonce le 9 janvier de la suppression de 1 178 des 3 437 postes de La Redoute, la direction du vépéciste a dévoilé lundi à Roubaix les grandes lignes du protocole d'accord sur les mesures d'accompagnement social.

Il prévoit notamment 20 000 euros de plancher pour les indemnités de départs volontaires - contre 15 000 lors d'une précédente réunion de négociations - plus 750 à 1 200 euros par année d'ancienneté en fonction des cas.

- 'Une très sale ambiance' -

L'intersyndicale CFDT-CGT-Sud réclame 40 000 euros de plancher, plus 1.500 euros par année d'ancienneté et 36 mois de congés de reclassement et souhaite que cette même somme soit bloquée pour les salariés qui ne seraient pas concernés par le plan social.

"Il faut pas signer. Pinault, il exagère. On n'y croit pas, à son ultimatum", a lancé Linda, 56 ans, dont 37 passés à La Redoute.

L'intersyndicale dénonce la "précipitation" de Kering, alors qu'un comité d'entreprise est prévu vendredi pour étudier le business plan des futurs repreneurs, sur la base de l'avis d'experts mandatés par la CFDT.

"Y a une très sale ambiance entre les grévistes et les non-grévistes", a déploré Linda.

Dans un communiqué, un collectif de salariés baptisé "Avenir pour La Redoute", en faveur du protocole d'accord de la direction, en appelle à la "responsabilité" des syndicats et les "implore" de signer.

Le collectif, qui dit représenter une majorité de salariés et renvoie vers une pétition en ligne comportant plus de 1 500 signatures, salue les avancées obtenues jusqu'ici par les syndicats mais prévient: "ne pas signer serait un tsunami social".

"Arrêtons ce qui se passe en ce moment, les blocages intempestifs et les arrêts de production et évitons d'aller dans le mur. Les organisations syndicales qui cautionnent les blocages sont en train de creuser notre tombe", a déclaré à l'AFP un membre du collectif.

Devant l'hôtel de ville de Wattrelos, peu avant 13H00, les manifestants ont copieusement hué les salariés favorables à l'accord, avant de voter à main levée la poursuite de la mobilisation, aux cris de "jusqu'au bout!".

Pour Brigitte, 56 ans, visiblement émue, les 40 000 euros, "c'est pas pour s'offrir du luxe, c'est pour survivre, c'est vital, pour nous, cette somme".

Par Juliette MONTESSE

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.