×
Publicités
Publié le
22 févr. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les salons outdoor rebattent les cartes

Publié le
22 févr. 2017

Le secteur de l'outdoor est en effervescence. Au niveau économique, les acteurs se retrouvent plus que jamais confrontés aux aléas climatiques, mais bénéficient en parallèle d'un attrait de la mode urbaine et casual pour des produits techniques et détournables.

Changement de dates pour l'Outdoor - Outdoor


Preuve de la dynamique, les derniers salons Ispo de Munich et Pékin affichent une croissance de leur visitorat. Le salon chinois, qui s'est tenu du 15 au 18 février, revendique la présence de 502 exposants qui ont attiré plus de 40 000 visiteurs contre 38 600 un an plus tôt. Et les organisateurs annoncent un agrandissement de la surface d'exposition pour l'édition 2018.

Mais les organisateurs de salons se posent d'autres questions que l'agrandissement des espaces de présentation pour faire vivre leurs événements. Ainsi, le grand rendez-vous européen estival du secteur, l'Outdoor Friedrichshafen, a décidé de décaler ses dates. Le salon, qui s'installe habituellement la seconde semaine de juillet sur les bords du lac de Constance, se tient cette année du 18 au 21 juin. L'événement, qui se tient du dimanche au mercredi, annonce attendre 900 exposants venus de 40 pays.

Surtout, il redéfinit ses univers. En prime de l'outdoor pur et dur, les visiteurs pourront découvrir une offre intégrant de la mode, un lifestyle urbain, mais aussi plus d'accessoires connectés et une offre « gamification » réunissant des idées pour encourager le consommateurs dans sa pratique. Le salon met aussi en avant les sports d'eau et le running.

De l'autre côté de l'Atlantique, le salon phare Outdoor Retailer connaît lui aussi une révolution. Si son édition estivale de 2017 se tiendra, comme depuis près de 20 ans, à Salt Lake City, dans l'Utah, du 26 au 29 juillet, l'événement s'apprête à changer d'air.

Le salon américain devrait changer d'Etat l'an prochain - Outdoor Retailer


La communauté outdoor entend marquer sa désapprobation vis-à-vis des décisions du gouverneur de l'Etat américain. Patagonia a notamment déjà annoncé qu'il ne participerait plus à OR suite à la décision du gouverneur de lever les protections accordées au Bears Ears National Monument. Le parc de 770 000 hectares, comportant arches naturelles et habitations troglodytes, a été classé monument national le 28 décembre par l’administration Obama. A la faveur d’un nouvel exécutif, le gouverneur républicain de l’Utah, Gary Herbert, a annoncé vouloir poursuivre l’Etat fédéral pour renverser la décision.

Les organisateurs du salon Outdoor Retailer, comme Outdoor Industry Association et Grassroots Outdoor Alliance, ont ainsi annoncé le lancement d'un processus de choix d'un autre Etat hôte pour 2018. L'Arizona et le Colorado seraient prêts à accueillir l'événement.
  
« Nous faisons le travail nécessaire pour nous trouver un autre lieu pour Outdoor Retailer », a déclaré Marisa Nicholson, directrice du salon. « Centres de congrès et hôtels ne sont pas inoccupés. Dans tous les cas, il y a des obstacles qui doivent être éliminés et qui ne peuvent tout simplement pas se faire du jour au lendemain. Nous nous attendons à ce que notre appel d'offres, que nous avons initié avant nos annonces de départ la semaine dernière, prenne entre 60 et 90 jours. »

Loin d'être anecdotique, le mouvement pourrait coûter cher à l'Utah. Selon les représentants de la filière, les activités outdoor représentent dans l'Etat 12 milliards de dollars de dépenses directes, 122 000 emplois, 3,6 milliards de dollars de salaires et 856 millions de dollars de recettes fiscales.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com

Tags :
Mode
sport
Salons