×
Publicités
Publié le
25 août 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les soldes plombés par une fréquentation en chute de 38,4%

Publié le
25 août 2020

Une analyse de la fréquentation des points de vente aux niveaux national et local montre que les soldes d’été ont été marqués par une chute notable de la fréquentation, en recul de 38,4% par rapport aux soldes d’été 2019. Un recul disparate selon les régions, et qui touche en particulier les grandes métropoles tricolores.


Stackr


Très tôt lors du déconfinement, les fédérations de commerçants notaient une reprise plus lente dans les centres-villes, où le télétravail a largement contribué à clairsemer la population des clients potentiels. Un effet qui, pour certains, aurait trouvé un facteur aggravant dans les mesures sanitaires exigées par l’exécutif concernant les commerces.  

C’est dans ce contexte que le spécialiste de l’analyse des flux Stackr dévoile un chiffrage par région et par ville de la chute de fréquentation, via l’observation de plus de 700 pôles commerciaux. Sans surprise, l'Île-de-France enregistre le plus fort recul de France, à -47,1%, devant les Haut-de-France (-41,1%), Auvergne-Rhône-Alpes (-33,8% et Centre-Val de Loire (-33,7%). 

Suivent, l’Occitanie (-33,4%), la Normandie (-32%), la Nouvelle-Aquitaine (-29,7%), Bourgogne-Franche-Comté (-29%), le Grand Est (-28,3%), PACA (27,3%), Pays de Loire (26,3%), la Bretagne (-25,5%) et la Corse (-15,4%).

Du côté des villes, Paris arrive en tête avec un recul de 55,4% des flux. Suivie de près par Lyon avec -52,5%. Et dans une moindre mesure par Strasbourg et ses -43,9%. Mais n’ont pas été épargnées Nantes (-39,7%), Lille (-37,4%), Bordeaux (-34,5%), Marseille (-33,4%), Nice (31,3%), Montpellier (-27,8%) et Toulouse (-24,8%).  Des reculs de trafic dans les grandes villes liés au décalage des soldes durant la période estivale, les clients locaux étant souvent sur leur lieu de vacances à cette période. Mais des replis aussi liés, en particulier pour la capitale, à l'absence très dommageable des touristes internationaux. Les Américains et Asiatiques n'ont en effet pas choisi la France comme destination cet été.


Shutterstock


Reste à connaître l’évolution du trafic au-delà de la période observée, qui allait du 15 juillet au 11 août. Beaucoup de commerces comptent notamment sur l’imminence de la rentrée pour occasionner un retour de la clientèle. Un espoir que vient cependant tempérer la crainte d’une seconde vague de contamination, placée au centre de la communication gouvernementale depuis plusieurs semaines.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com