×
6 675
Fashion Jobs
CONFIDENTIEL
Responsable Développement Produit PAP
CDI · PARIS
FROM FUTURE
Directeur Régional (H/F)
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
MAISON FRANCIS KURKDJIAN
Chef de Projet Core Fragrances H/F
CDI · PARIS
GROUPE CHANTELLE LINGERIE
Contrôleur(se) de Gestion Industriel et Logistique H/F
CDI · CACHAN
KIABI
Leader Region Sud-Ouest (H/F) - CDI
CDI · MÉRIGNAC
BLEU LIBELLULE
Coordinateur Formation Digitale
CDI · MONTPELLIER
KIABI
Leader Region Rhône (H/F) - CDI
CDI · BEYNOST
DIRAMODE PIMKIE
Responsable Animation Commerciale et E-Merchandising H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
DIRAMODE PIMKIE
Responsable Animation Commerciale et E-Merchandising H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
YVES SAINT LAURENT SAS
Saint Laurent Chef de Projet Moa Client H/F
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Area Manager
CDI · MILAN
PLACE DES TENDANCES
Responsable Ressources Humaines Vélizy H/F
CDI · VÉLIZY-VILLACOUBLAY
CELIO
Product Planner / Contrôleur de Gestion Achat H/F
CDI · SAINT-OUEN
BALMAIN
Coordinateur.Rice Prestataire Logistique H/F
CDI · FERRIÈRES-EN-BRIE
VILEBREQUIN
un(e) Contrôleur(Euse) de Gestion Junior
CDI · PLAN-LES-OUATES
BRAND SISTERS
Controleur/se de Gestion
CDI · PARIS
ESPRIT FRANCE
Responsable Regional Franchise - Nord H/F
CDI · ARRONDISSEMENT DE STRASBOURG
CCLD RECRUTEMENT
Regional Key Account Manager H/F
CDI · SAINT-OUEN
CCLD RECRUTEMENT
Commercial Itinérant Volant Secteur Sud Ouest H/F
CDI · BORDEAUX
JULES
Contrôleur de Gestion Réseau (H/F)
CDI · ROUBAIX
ESPRIT FRANCE
Responsable Service Généraux - Facility Manager
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
ESPRIT FRANCE
Responsable Regional Franchise - Nord H/F
CDI · LILLE
Publicités
Publié le
19 déc. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les textiles techniques : les clés du succès des entreprises européennes

Publié le
19 déc. 2013

L’imaginaire collectif situe l’industrie textile dans une crise perpétuelle et un univers parfois proche des romans de Zola. Avec sa dernière étude sur le secteur, la Coface bat en brèche ces idées reçues.

Le "made in France" est un bon moteur pour l'industrie française. Photo AFP/Denis Charlet.


L’organisme, spécialiste de l’analyse du risque crédit, fait d’ailleurs bien le distinguo entre l’univers du retail, particulièrement touché par la concurrence et la baisse de la consommation, et les acteurs de la production.

Si, historiquement, le textile a payé un lourd tribut en entreprises et en emplois, avec une production s’étant écroulée de 70 % et passant de 165 000 à 65 000 salariés, entre 1990 et 2012, depuis 2009, le nombre de défaillances recule chaque année dans ce secteur, alors que dans le reste de l’économie elles culminent quasiment au niveau de 2009.

Les auteurs du rapport précisent même que "ces bonnes performances peuvent être interprétées comme résultant d’un progressif assainissement du secteur, dont les opérateurs sont désormais compétitifs".

Un secteur stabilisé…
Le regain de forme d’une économie composée de 4540 acteurs dont 570 de plus de 20 salariés en 2011 n’est pas anodin. Car le textile français, comme européen, a vécu sa transition. Finis les ateliers avec d’interminables rangs d’ouvriers. L’effectif de l’entreprise textile européenne est aujourd’hui constitué d’ingénieurs et d’une main d’œuvre de plus en plus qualifiée.

Les soieries lyonnaises Tassinari & Chatel travaillent avec le luxe. Visuel Tassinari & Chatel.

La cause est claire: pour survivre, les entreprises ont délaissé la production de vêtements destinés au mass market. Elles n’avaient pas les capacités pour rivaliser avec la concurrence asiatique menée par la Chine. Ces acteurs ont dû miser sur le luxe, comme les soyeux lyonnais, ou sur les textiles techniques, pour les habits techniques ou l’industrie. En France le secteur a enregistré un léger repli de 2 % en 2012, avec un chiffre d’affaires de 12,5 milliards d’euros.

C’est clairement dans les textiles techniques pour les industries automobiles, aéronautiques mais aussi pour le médical ou l’agriculture, que la Coface situe les leviers de croissance. En France, 40 % de la production de textile totale sont déjà orientés vers ces textiles selon l’organisme, alors que la consommation mondiale de ceux-ci pourrait atteindre 200 milliards de dollars contre 133 en 2011.

…mais menacé
Pour autant, les analystes de la Coface se gardent bien de crier victoire pour le secteur. Les investissements en recherche et développement ont permis aux sociétés européennes de prendre la main sur le luxe et ces textiles techniques, "seuls capables de procurer une marge suffisante pour un maintien principal en France".

Car ces sociétés ne sont pas à l’abri. Les plus importantes demandes proviennent des marchés asiatiques. Aussi les acteurs locaux travaillent-ils à rattraper leur retard. "Comment être à la fois de petite taille et innovant ?", s’interrogent les auteurs de l’étude Coface.

Une inquiétude qui se concrétise dans le nombre de dépôts de brevets. La France affiche un correct 39 brevets déposés par habitant sur un an qui la positionne au douzième rang, loin derrière le Japon (118), la Suisse (109) et la Suède (94).

Pour conserver leur avance, plusieurs leviers sont à la disposition des entrepreneurs. Celui qui semble particulièrement mis en avant par les auteurs de l’étude est celui de l’interaction entre industriels, chercheurs et universitaires. Le rôle des clusters, comme les Pôle Fibres, Techtera et Up-tex en France, devient alors majeur.

Les auteurs incitent aussi les entreprises à se rapprocher des programmes européens pour bénéficier d’aides à la R&D et pour la compétitivité des entreprises. Enfin, le fait de tisser des liens forts entre industriels du textile et producteurs de machines apparait comme un élément clé de la construction d’une stratégie à long terme.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com