×
Publicités
Publié le
24 janv. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Libre-échange transpacifique : Washington sort, Pékin se positionne

Publié le
24 janv. 2017

Donald Trump a officiellement signé la sortie des Etats-Unis du Trans-Pacific Partnership (TPP). Et Pékin, contre qui l’accord devrait permettre de lutter économiquement, propose désormais de créer sa propre zone de détaxe.

Signature du TPP le 4 février 2016 à Auckland  DR

 

Le TPP devait réunir douze pays des deux côtés du Pacifique, hors Chine, afin de contrebalancer le poids économique de l’Empire du Milieu. Mais ce que l’administration Obama présentait comme un outil de défense face au made in China devient, par son échec, une formidable opportunité pour Pékin. Alors que les autres pays du TPP ne se sont pas encore prononcés sur le maintien du projet, la Chine indique être prête à accélérer la mise sur pied d’une zone de libre-échange alternative.

Les douze pays signataires du TPP représentaient à eux seuls 40 % des échanges internationaux. A la fois premier moteur et plus important acteur du processus visé, les Etats-Unis estimaient à 10 milliards de dollars les exportations textile réalisées à destination des pays du TPP. Dans le processus, l’industrie américaine entendait notamment se rendre moins dépendante de la main d’œuvre mexicaine. Ironiquement, c'est aujourd’hui l’une des priorités du président Trump.

Dans tous les cas, la décision de Donald Trump laisse présager de difficiles discussions durant quatre ans entre l’exécutif et les instances professionnelles de l’habillement américain. Dès octobre, le président de l’Association américaine de l’habillement et de la chaussure (AAFA), Rick Helfenbein, soulignait le tort causé au commerce par les tirades du futur président Trump.

« Il s’est montré hautement anti-commerce sans raison réelle ou valide, si ce n’est que l’on voit de nombreux bâtiments industriels vides à travers les Etats-Unis », expliquait-il. « Donald Trump s’est montré blessant en disant que ceux qui négocient des accords pour les Etats-Unis sont stupides. Ce qui est faux : ce sont des personnes vraiment brillantes. Ce n’était pas correct. »

« Nous avions une opportunité unique à notre portée », déplorait de son côté Matt Priest, président de l’Association des distributeurs et détaillants de chaussures. « Nous avions un Congrès républicain et un président démocrate qui voulait poursuivre cela. Nous avions à portée de main un demi-milliard de dollars d'économies pendant la première année d’application et 6 milliards de dollars d'économies de douane sur une décennie. Ce sont de gros chiffres et ils comptent beaucoup. »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com