×
Publicités
Publié le
26 oct. 2020
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Lilian Rosas (Monoprix): "Mode et maison fusionnent, d'autant plus depuis la crise sanitaire"

Publié le
26 oct. 2020

Parcourant les allées du tout nouveau concept Monoprix à Montparnasse, la directrice textile-maison-loisirs de l'enseigne, Lilian Rosas, détaille à FashionNetwork.com les particularités mode et lifestyle du point de vente et énonce les projets à venir. Monoprix entend coller à l'époque en travaillant par exemple sur une ligne homewear propre, une offre dédiée au yoga, l'arrivée de la seconde main ou encore le déploiement de corners centrés sur le vélo. De quoi dynamiser le volet non alimentaire du navire-amiral du groupe Monoprix (Monoprix, Naturalia, Sarenza), qui porte l'ambition de doubler son volume d'affaires en dix ans pour atteindre 10 milliards d'euros, notamment via l'ouverture d'une trentaine de Naturalia et de cinq à dix Monoprix chaque année.


Lilian Rosas occupe le poste de directrice textile-maison-loisirs de Monoprix depuis onze ans. - DR


FashionNetwork.com : Que représente ce nouveau concept dévoilé à Montparnasse pour l'offre non alimentaire?

Lilian Rosas : Nous avons ouvert dans ce magasin le plus grand espace de vente dédié au textile, à la maison et au loisir pour Monoprix. Il s'étend sur 2.300 mètres carrés au rez-de-chaussée. C'est un vrai laboratoire, et un lieu qui nous permet d'exprimer toute la largeur d'offre de Monoprix: le cross-merchandising est ici généralisé, avec des objets déco dans l'espace dédié à l'habillement, ou les accessoires qui voisinent le prêt-à-porter pour suggérer des looks complets. Les motifs que nous créons chaque saison sont par exemple appliqués sur une chemise, le textile d'une poussette et sur de la vaisselle. Cette transversalité est capitale, nous souhaitons véritablement proposer un univers lifestyle, qui pèse tout de même 20% des ventes globales de Monoprix. La mode et la maison fusionnent, d'autant plus depuis la crise sanitaire, même si l'offre déco aura tendance à l'avenir à prendre un peu plus de place que l'habillement.

FNW : Comment se portent les ventes depuis la réouverture du magasin en septembre?

LR : Les chiffres réalisés par la maison explosent et l'activité réalisée sur le segment du textile femme enregistre des croissances à deux chiffres, c'est très encourageant. Le cachemire fonctionne aussi très bien, c'est un des piliers de notre offre, puisqu'il représente entre 15 et 18% de l'activité mode, homme et femme confondus. Il faut rappeler que Monoprix est historiquement une entreprise de maille, puisqu'elle compte pour 60% des ventes de textiles.


L'espace rotonde événementiel du nouveau concept de Montparnasse - Monoprix


FNW : Avez-vous lancé de nouveaux produits dans ce magasin?

LR : Dans le prolongement de l'offre mode dédiée aux plus petits, nous avons initié une ligne pour la chambre d'enfant, incluant des objets déco, mais aussi un set pour le repas ou des jouets en bois. Le but est là aussi de proposer un univers complet.

Le sport prend également de plus en plus d'importance. Monoprix Surf a été lancé cette année, et nous avons également installé un premier corner dédié au yoga dans les magasins de Montparnasse, Passy Plaza et Champs-Elysées. Trois marques, Luz, Yuj et Yoga Feel Green, ont été invitées et occupent un espace événementiel qui accueillera dans quelques semaines la ligne Monoprix Ski, qui cartonne chaque année. Le running sera à l'honneur ensuite.


Collection Monoprix Ski hiver 2020/21 - Monoprix


Les brassières de notre ligne sport Monoprix Fit sont en outre de plus en plus plébiscitées par les femmes, qui les portent même au quotidien. L'enseigne reste une référence pour les clients en ce qui concerne les sous-vêtements. D'ailleurs, l'espace lingerie, vêtements de nuit et chaussant représente le même poids que la prêt-à-porter femme, c'est donc un segment très important. L'accent a été mis cette saison sur la chaussette, avec cinq nouvelles marques que nous référençons dans tout le réseau, dont Thought et Bonne Maison.


FNW : Qu'en est-il de l'espace réservé à la mode homme?

LR : Il a été travaillé comme une boutique à l'intérieur du magasin, avec tout à portée de main. L'homme est pragmatique, il faut faciliter ses achats: l'espace prêt-à-porter a été accolé aux produits d'hygiène et soins masculins. Côté mode, nous avons beaucoup développé les grosses pièces, et étendu le colorama pour les pantalons et les polos par exemple. Quand un homme sait qu'une coupe lui va, il va souvent racheter la même pièce en plusieurs teintes.

FNW : Plutôt que de disséminer des cabines dans le magasin, il existe ici un unique mais vaste lieu d'essayage. Pourquoi?

LR :
L'idée était de créer un vrai salon, avec beaucoup d'espace. C'est ce qui se fait aux Etats-Unis chez les marques pointues qui nous ont inspirés, en particulier chez Reformation et Everlane. Une borne digitale permet également de savoir si une autre taille est présente en magasin ou de la commander immédiatement en ligne.

L'offre Homewear renforcée



FNW : Au rayon déco, vous avez introduit des objets d'occasion sélectionnés par le spécialiste Selency. Allez-vous faire de même pour la mode?

LR : Tout à fait, nous y travaillons ! Nous avions été assez précurseurs en 2014, en lançant Monoprix Vintage en partenariat avec Kiliwatch. L'essai avait malheureusement été stoppé pour des raisons juridiques… Mais la seconde main est devenue incontournable aujourd'hui. C'est pourquoi pour les fêtes, nous lancerons à Montparnasse et dans deux autres magasins des corners de mode d'occasion, pensés avec un partenaire sur le créneau du luxe accessible.


Collection Monoprix Homewear - Monoprix


FNW : Préparez-vous d'autres lancements d'ici la fin d'année?

LR : Cet automne-hiver, nous dévoilons la ligne Monoprix Homewear, qui réunit des pièces à porter à la maison. Ces produits existaient déjà, et fonctionnaient bien avant la crise, mais depuis le confinement, les ventes ont triplé! La collection a été étoffée à une trentaine de références et s'offre une signature dédiée. Elle sera encore renforcée pour l'été 2021, avec des pièces confort à porter chez soi comme à l'extérieur.

FNW : La crise a-t-elle modifié votre offre sur d'autres aspects?

LR : Le rayon bagagerie est au point mort, en attendant que les voyages reprennent. C'est notre nouveau concept "Je suis à vélo" qui grignote de la place sur les valises, et s'installe en ce moment dans une cinquantaine de magasins du réseau. Il remplace le concept Monoprix Bike et intègre des marques tendance comme les capes de The People Poncho, des sacs Braasi ou des casques Thousand. Le prochain lancement prévu se réfère au télétravail, avec une gamme de produits dédiée au home office, incluant de la papeterie, des coussins pour le dos…

Nous avons aussi initié la vente de masques en tissus avec les imprimés de nos collections mode. On vit en fonction de son temps, Monoprix doit apporter ce que recherche le consommateur au bon moment.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com