×
Publicités

Linpossible : Splice et 1083 font le pari de relocaliser les filatures de lin

Publié le
22 juil. 2019
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Splice et 1083 se donnent pour mission d’inciter les marques à soutenir la réapparition de filatures de lin en France, éléments manquants d’une chaîne de production potentiellement 100 % tricolore, via le collectif Linpossible.


Splice


« Aujourd’hui, toutes les étapes de la transformation du lin sont réalisables en France à l’exception de la filature », indique ainsi les instigateurs. « Cette étape est absente de notre pays depuis 2005, lorsque la dernière entreprise française fut contrainte de fermer son usine du nord de la France. »

Si les côtes nord de la France, de la Belgique et des Pays-Bas concentrent quatre cinquièmes de la production mondiale de lin, du fait de ses exigences météorologiques spécifiques, pas moins de 80 % de la matière est en effet exportée vers l’Asie, et en particulier la Chine, pour être filé. L’arrachage, le rouissage (procédé naturel séparant les fibres), le teillage (extraction des fibres) ou encore le peignage (constitution de ruban de fibres préalables au filage) sont cependant toujours effectués dans l’Hexagone.

Outre la marque spécialisée dans le lin Splice et l’acteur incontournable du jean made in France 1083, Linpossible réunit déjà autour du projet Le Slip Français, l’association LCBIO (Lin et Chanvre Bio), la société textile alsacienne Velcorex, l’entreprise de Romans-sur-Isère Tissage de France, la coopérative spécialisée Terre de Lin et l’un des derniers filateurs européens de lin, Safilin. L’objectif fixé est aujourd’hui d’élargir le cercle, avec la promesse d’une transition fluide une fois la filature tricolore redevenue possible.


La filière européenne du lin représenterait quelques 10 000 entreprises - Linpossible


« Avec un modèle économique déjà anticipé par Linpossible, les marques ayant rejoint le collectif seront déjà prêtes à "basculer" dans la filature française, dès que cette dernière sera mise en place », indique le collectif. Celui-ci estime en effet que le prix du lin filé en France aura une valeur presque double par rapport aux productions réalisées à l’étranger. Est ainsi proposé aux marques participantes d’intégrer dès aujourd’hui le surcoût dans le calcul du prix de revient de leurs vêtements en lin.

« Ramener des outils de productions en France ne peut marcher que si suffisamment de marques françaises sont en mesure de s’engager sur des commandes », résumait à ce propos fin avril Thomas Huriez, fondateur de 1083, dans le cadre d'une conférence de la Fashion Revolution Week.

La culture du lin représenterait en Europe une filière agro-industrielle de quelque 10 000 entreprises réparties dans 14 pays, selon la Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC). Outre la préservation du savoir-faire français du filage du lin, la filière revendique d’être écologique, la culture ne nécessitant notamment aucune irrigation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com