×
Publicités
Publié le
5 oct. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Liu Jo obtient un financement de 15 millions d’euros auprès du gouvernement italien

Publié le
5 oct. 2020

Le gouvernement transalpin continue de soutenir le made in Italy à travers différentes initiatives. Après être intervenu en juillet dernier pour sauvegarder la griffe de luxe de menswear Corneliani, c’est vers Liu Jo qu’il se penche aujourd’hui pour l’accompagner dans son expansion. La Caisse des dépôts et consignations italienne (Cassa Depositi e Prestiti) annonce dans un communiqué soutenir "les plans de croissance de Liu Jo à travers un contrat de financement global de 15 millions d’euros".


Liu Jo obtient un soutien de l'Etat dans cette phase de reprise post-Covid-19 - Liujo.com


"Les ressources ont pour objectif principal l’achèvement du plan d’investissement finalisé à l’innovation du produit et à la croissance internationale et en termes de dimensions du groupe", précise la Caisse des Dépôts. Comme l’explique le responsable de la division CDP Entreprises, Nunzio Tartaglia, "le soutien à Liu Jo répond à la volonté de la CDP de travailler aux côtés des meilleures Mid Caps italiennes (sociétés de taille moyenne cotées en Bourse), qui entendent soutenir la qualité du Made in Italy en Italie et dans le monde".
 
Fondée en 1995 à Carpi (Italie du centre), l’un des fiefs historique de la maille, Liu Jo affiche un chiffre d'affaires de près de 400 millions d'euros et un effectif de 800 employés. Ses produits (prêt-à-porter, sacs, chaussures, accessoires, bijoux, meubles, parfums et lunettes) sont distribués à travers quelque 510 boutiques et 6.200 magasins multimarques dans 48 pays.

"Au fil des ans, Liu Jo a su construire un positionnement compétitif enviable et une marque fortement connue, grâce aux compétences managériales de son fondateur Marco Marchi, qui a toujours investi dans l'innovation produit, la recherche et développement de nouveaux matériaux, les initiatives de marketing et dans le juste équilibre entre capacités économiques et productives", souligne encore Nunzio Tartaglia.

"Tout cela a permis au groupe de s'engager dans une croissance constante qui, nous en sommes convaincus, se poursuivra malgré la situation d'urgence actuelle, également grâce à notre accompagnement nous rapprochant toujours plus des entreprises et du territoire", poursuit-il.

La solidité financière du groupe lui a permis d’affronter la pandémie sans trop de dégâts, tout en maintenant son plan d’investissements. En parallèle, l’administrateur délégué de Liu Jo, Marco Marchi a pu mener de front son nouveau projet "Eccellenze Italiane", holding dans laquelle il a fait confluer Liu Jo et le groupe Blufin avec ses marques Blumarine, Blugirl et Anna Molinari, qu’il a racheté fin 2019. Son but ? "Construire un pôle de mode, où pouvoir créer une logique synergique financière et de structures pour y agréger certaines entreprises de valeur", confiait-il récemment à FashionNetwork.com.

Dans le cas de Corneliani, l’Etat était intervenu dans un tout autre cadre. Pour sauver la marque menacée d’un redressement judiciaire, il a investi 10 millions d’euros dans la griffe, en activant pour la première fois le fonds prévu par l’article 43 du décret "Relance". Un fonds, doté de 100 millions d’euros pour 2020, institué pour la sauvegarde et la restructuration d’entreprises détentrices de marques historiques d’intérêt national et de sociétés de moins de 250 employés se trouvant dans un état de difficultés économiques et financières. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com