×
Publicités
Publié le
18 mai 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Livy planifie l'ouverture d'un atelier de fabrication parisien

Publié le
18 mai 2020

Si une période de crise peut fragiliser une entreprise, elle peut aussi la conduire à revoir certains processus et dessiner de nouveaux projets plus en adéquation avec l'époque. C'est le cas pour la griffe de lingerie Livy, dont la fondatrice Lisa Chavy a profité du confinement "pour prendre du recul, se concentrer sur la création et se demander comment faire mieux, différemment". L'une des opportunités retenues est celle d'une relocalisation à Paris de la production pour une partie de sa collection haut de gamme.


Collection printemps-été 2020 - Livy


"Face à la crise, nous avons commencé par créer des masques en tissu dans notre atelier de prototypage parisien, qui s'occupe aussi des retouches en temps normal. On s'est dit que c'était super de pouvoir faire ce que l'on veut, en allant très vite, sur son propre site", raconte la dirigeante, qui a lancé Livy en 2017, soutenue par les groupes Vog et Etam. L'idée est maintenant de trouver un autre lieu dans la capitale qui puisse fonctionner comme un atelier de fabrication d'une ligne de lingerie 'made in Paris' mais aussi accueillir les clientes.

"Produire des modèles en France permettrait évidemment de réduire l'impact carbone mais également de rendre visible notre travail, et de travailler en quasi sur-mesure, en ayant moins de stocks". La créatrice, qui visite actuellement des locaux, souhaite mettre en route l'atelier avant fin 2020. Celui-ci pourrait aussi être adossé à une boutique, pour montrer l'envers du décor.

La marque ne va pas pour autant arrêter de produire en Asie, où son partenaire basé à Shenzhen effectue "un travail extraordinaire notamment sur le bonding, qui est un des atouts de Livy". La volonté de la griffe est aussi de localiser la production là où se trouvent ses points de vente. Ainsi dans le futur, à mesure que son plan de développement aux États-Unis se concrétisera, une ligne made in New York pourrait idéalement voir le jour. Et épouser la volonté de Lisa Chavy de développer "une marque mondiale".


Depuis la réouverture des magasins, les clientes peuvent prendre en rendez-vous en boutique - Livy


Pendant la fermeture de ses vingt points de vente en raison des restrictions pour lutter contre le Covid-19, les ventes de Livy sur le web ont doublé par rapport à la normale, ce qui l'encourage à pousser davantage le digital à l'avenir. "L'e-shop et les réseaux sociaux nous ont permis de garder le contact avec la cliente, en expérimentant de nouvelles façons d'interagir : on a d'abord appelé nos meilleures clientes, et nous avons présenté à distance, à celles qui le souhaitaient, notre nouvelle collection. Et ce en direct par un appel vidéo, de façon ultra-personnalisée avec un membre de l'équipe présent en boutique ou dans notre showroom". Un rendez-vous préparé en amont, selon les préférences de la cliente, qui à l'issue de la séance était guidée vers le site marchand pour passer commande.

Une relation individualisée que souhaite creuser la marque à l'avenir. "C'est une nouvelle manière de vendre que certaines ont beaucoup apprécié et nous demandent de continuer dans cette voie. Une cliente nous a même proposé de jouer le rôle d'ambassadrice auprès de ses copines, via vidéo depuis notre showroom ou en lui prêtant des produits pour une réunion. Ce sont des pistes que l'on explore !" Au déconfinement, les clientes fidèles se sont également vu proposer des rendez-vous en magasin avec une conseillère, même en dehors des heures d'ouverture des magasins pour être tranquilles.

"Notre force est d'être encore une start-up, donc d'être agile, de pouvoir rebondir vite et aller au bout de nos idées", affirme Lisa Chavy. L'entreprise a bouclé en mars dernier la première phase de sa levée de fonds, portant sur son développement à 18 mois, et lancera une seconde phase l'an prochain pour soutenir son plan à cinq ans. "Nous avons accueilli deux nouveaux investisseurs qui ont eu l'élégance de signer leur participation le lendemain du début du confinement".  


Le masque de protection fabriqué à Paris, en coton et tulle brodé, est vendu 35 euros sur son e-shop. - Livy


Malgré la crise, Livy - qui a généré 8 millions d'euros de ventes en 2019 - n'a pas revu ses objectifs d'expansion. L'ouverture d'une boutique dans le Marais à Paris est prévue dans quelques semaines, tandis qu'elle compte inaugurer avant la fin d'année sa première adresse en propre au Royaume-Uni, à Londres.

Après avoir équipé ses équipes, les masques en tissu de Livy sont maintenant vendus au grand public. Un objet barrière pensé comme un accessoire de mode, qui attend encore une certification, mais qui s'impose ainsi comme le premier produit fabriqué par la marque à Paris, en attendant la mise en branle de son atelier et de ses couturières parisiennes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com