×
Publié le
4 mai 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Logistique: l'Etat va mieux subventionner les vélos-cargos

Publié le
4 mai 2021

Le gouvernement va mieux subventionner l'achat de vélos-cargos, qui coûtent de l'ordre de 4.000 euros, par les entreprises et commerces qui livrent en ville afin de réduire l'empreinte carbone de la logistique urbaine. Déjà utilisés par des livreurs, des plombiers ou des fleuristes, ces gros vélos équipés de caisses ont vu leurs ventes exploser en France en 2020 (+354% en un an), selon l'Union Sport & Cycle. Avec 11.000 exemplaires écoulés, la France reste cependant loin derrière ses voisins allemands, belges ou hollandais.


Les ventes de vélos-cargos ont explosé de +354% en 2020 DR DRCe "plan national en faveur de la cyclologistique", présenté lundi 3 mai à Marseille par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, doit accompagner "l'ess DRCe "plan national en faveur de la cyclologistique", présenté lundi 3 mai à Marseille par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, doit accompagner "l'ess DRCe "plan national en faveur de la cyclologistique", présenté lundi 3 mai à Marseille par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, doit accompagner "l'ess DRCe "plan national en faveur de la cyclologistique", présenté lundi 3 mai à Marseille par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, doit accompagner "l'ess DRCe "plan national en faveur de la cyclologistique", présenté lundi 3 mai à Marseille par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, doit accompagner "l'ess - DR
Ce "plan national en faveur de la cyclologistique", présenté lundi 3 mai à Marseille par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, doit accompagner "l'ess


Ce "plan national en faveur de la cyclologistique", présenté lundi 3 mai à Marseille par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, doit accompagner "l'essor des livraisons très rapides dans les zones urbaines denses", indique le ministère. Alors que les centres-villes se ferment aux véhicules les plus polluants, "un vélo-cargo triporteur possédant une caisse de 1.500 litres émet 85% de CO2 en moins par rapport à un véhicule thermique ayant une capacité similaire", souligne le ministère.

Comme le pointait précédemment FashionNetwork, le boom de l'e-commerce a mis les élus face au problème de l'accélération des livraisons, posant aux collectivités urbaines des soucis de circulation et de stationnement, à l'heure même où celles-ci tentent de réduite les émissions polluantes. La mode, parent fort de la vente en ligne, se retrouve ainsi prise dans les réflexions autour de nouveaux concepts logistiques adaptés aux nouveaux comportements d'achat et au besoin de durabilité.

Régulièrement désignés comme pollueurs, les portails se sont récemment défendus en s'appuyant sur une étude qui avance l'argument selon lequel la logistique d'un commerce physique serait plus polluante que la vente en ligne, notamment dans la mode (lire notre article).

Quels soutiens pour les vélo-cargos ?



Le dispositif "ColisActiv", qui subventionne les colis livrés par vélo-cargo, va être étendu à partir du mois de juin à toutes les zones à faibles émissions (zones où la circulation est limitée, ndlr): les communes du Grand Paris, de Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Montpellier, Nice, Rouen, Strasbourg, Toulon et Toulouse. Une augmentation de l'enveloppe financière consacrée à ce dispositif doit être étudiée d'ici fin 2021.

Dans le cadre de la loi climat, le gouvernement a également prévu d'élargir la prime à la conversion aux personnes et aux entreprises souhaitant remplacer un vieux véhicule par un vélo à assistance électrique (VAE), et de renforcer le bonus VAE pour les vélos-cargos, plus chers. Des programmes comme V-Logistique ou Ma Cycloentreprise aident par ailleurs les professionnels à monter en selle grâce à des formations et des prêts de vélos. Ces trois dispositifs, financés par les certificats d'économies d'énergie, mobilisent une enveloppe de 12 millions d'euros, selon le ministère.


Un vélo-remorque à assistance électrique (K-Ryole) comme ceux qui iront prendre leur cargaison à l'entrepôt mobile testé par Stuart à Paris - Stuart


La ministre de l'Environnement prévoit également de réunir les acteurs du secteur pour trouver des solutions d'assurance. Selon l'association Boîtes à vélo, 60% des entrepreneurs à vélo ne sont pas couverts, faute de garanties ou de tarifs adaptés. Le groupe La Poste et ses partenaires vont s'équiper d'ici 2025 de 1.000 vélos-cargos de type triporteur ou de remorques à assistance électrique, a indiqué le ministère. A terme, l'objectif du groupe est d'effectuer à vélo ses livraisons de colis en coeur de ville dans les quarante plus grandes villes de France.

De son côté, la société privée Stuart mène actuellement une expérimentation en partenariat avec la ville de Paris. Le XVe arrondissement met à disposition de l'entreprise un emplacement de stationnement pour un véhicule de grande contenance, destiné à répartir sa cargaison de colis entre différents livreurs équipés de vélo-cargos. Testé pour six mois, ce concept "d'entrepôt mobile" entend remplacer la circulation d'utilitaires pour les livraisons citadines.


(avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com