Lollipops réajuste son image

Après avoir tâtonné ces dernières années, Lollipops pense aujourd’hui avoir bien défini ses nouveaux contours. La marque d’accessoires se donne une nouvelle impulsion, tant côté image que produit, sous la houlette de sa nouvelle directrice artistique depuis un an, Cécile Olivieri, qui a œuvré 11 ans à la conception des produits accessoires (maroquinerie et chaussure) de la marque propre des Galeries Lafayette.


Sac de la collection Lollipops, pour l'automne-hiver 2019/20 - Lollipops

La marque appartenant depuis 2007 au groupe Rand mise pour le printemps-été 2019 sur une image beaucoup moins girly, après avoir tenté en 2017 un logo tout arrondi surmonté d’oreilles de chats : elle est revenue à son ancien logo aux lettres noires à empattements, plus classique. « L’idée est de rafraîchir la marque, qui véhicule une image trop fantaisie et trop junior, alors que ses clientes ne le sont pas forcément. Un décalage s’est créé », explique Cécile Olivieri, qui a aussi œuvré au cours de sa carrière pour les licences accessoires de Repetto, Cacharel et Kookaï. Les clientes de la griffe ont souvent la cinquantaine et l’objectif est de recruter de nouvelles consommatrices, notamment en choisissant un mannequin trentenaire pour incarner ses produits rehaussés de touches fantaisie plus subtiles.

Cette identité visuelle accompagne une réorganisation des collections. Les produits en cuir, qui représentaient 30 % de l’offre, sont maintenant abrités sous une ligne à part entière baptisée Atelier by Lollipops. Une gamme qui a déjà existé par le passé, mais qui renaît aujourd’hui pour incarner une proposition plus haut de gamme dans l'optique de « partir en reconquête des multimarques plus premium ». En termes de prix, les modèles de cette collection avoisinent les 100 euros pour un sac seau et les 200 euros pour un grand sac tressé, tandis que les articles en synthétique sont affichés en moyenne à 80 euros.


La nouvelle identité visuelle - Lollipops

Le nom Atelier by Lollipops est même surmonté par l’arche de la Porte Saint-Martin, représentée de façon stylisée. « Nous avons choisi cet emblème pour affirmer notre histoire parisienne et plus particulièrement notre attachement à ce quartier où la marque est installée depuis sa naissance », rappelle la styliste, ajoutant que le concept magasin est en cours de remise à plat et sera dévoilé en juillet dans la nouvelle adresse parisienne de la marque, qui dispose d’un réseau à l’enseigne de 33 magasins.


Réelles passerelles style entre les souliers, les sacs et la petite maroquinerie. - Lollipops

Si la maroquinerie est historiquement la spécialité de Lollipops depuis sa création en 1994, elle renforce clairement son offre de souliers et a pour cela changé de fournisseurs, collaborant pour la ligne Atelier avec des partenaires en Italie, au Portugal et en Inde. La chaussure peut aider la marque à « intégrer des boutiques de prêt-à-porter, car notre parc de 450 points de vente multimarques est surtout composé de revendeurs de maroquinerie », expose Cécile Olivieri. Un travail stylistique de coordination entre sacs et souliers s’opère pour cela pour le printemps-été 2019 et se poursuit plus largement pour la collection automne-hiver 2019/20, présentée lors du salon Who’s Next en janvier dernier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - AccessoiresMode - ChaussuresBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER