×
5 234
Fashion Jobs
JULES
Leader Commerce Normandie (H/F)
CDI · ROUEN
GROUPE IKKS
Traffic Manager E-Commerce(H/F) - CDI
CDI · SAINT-MACAIRE-EN-MAUGES
CHARLESTOWN
Chargé(e) d'Exploitation RH et Planning, CDD ou CDI, Levallois (92)
CDI · LEVALLOIS-PERRET
GALERIES LAFAYETTE
Manager de Vente Weekend Service H/F
CDI · PARIS
PAGE PERSONNEL
Attaché Commercial Lunetterie H/F
CDI · REIMS
PAGE PERSONNEL
Chargé de Développement Commercial H/F
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Idf H/F
CDI · PARIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Chef de Projet Animation Commerciale CRM - H/F
CDI · SAINT-DENIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Manager Projets - H/F CDI
CDI · SAINT-DENIS
CACHAREL
Directeur Artistique
CDI · PARIS
A LA SOURCE...
Brand Digital et E-Commerce Manager - Marque de Sport (H/F)
CDI · ANNECY
GROUPE ARMAND THIERY
Assistant à Maîtrise d'Ouvrage
CDI · LEVALLOIS-PERRET
CHANTAL BAUDRON S.A.S.
Responsable Communication H/F
CDI · PARIS
EDEN PARK
Coordinateur Export (H/F)
CDI · PARIS
CHANTAL BAUDRON S.A.S.
Responsable Prescription Nationale H/F
CDI · PARIS
OKAIDI
Directeur Artistique Digital Junior H/F
CDI · ROUBAIX
CHANTAL BAUDRON S.A.S.
Responsable Développement de Collection Maille H/F
CDI · LAVAL
COURIR
Responsable d'Équipe Stock - Vélizy 2 - CDI - f/h
CDI · VÉLIZY-VILLACOUBLAY
HERMES SERVICES GROUPES
Responsable Relation Clients Internes – Accueils et Conciergerie (H/F)
CDI · PANTIN
GALERIES LAFAYETTE
Chargé d'Acquisition-Affiliation et Partenariats H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Chargé d'Acquisition Display & Paid Social H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Chargé d'Acquisition SEA H/F
CDI · PARIS
Publicités

Londres a fêté les 25 ans de sa Semaine de la mode

Par
AFP
Publié le
today 23 sept. 2009
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LONDRES, 23 sept 2009 (AFP) - La Semaine de la mode de Londres, qui s'est achevée mercredi 23 septembre avec les défilés pour hommes, a fêté ses 25 ans avec le retour haut en couleur de plusieurs enfants prodigues et une polémique sur des mannequins aux courbes généreuses.


Défilé Sass & Bide (à gauche) et Marios Schwab - Photo : Pixel Formula

La "London fashion week", qui avait manqué disparaître l'an passé, s'est encore singularisée par la hardiesse de ses créateurs. Plusieurs se sont lancés dans une débauche de couleurs clinquantes, usant d'imprimés créés par la technologie numérique.

L'influence des "eighties" s'est aussi fait sentir, avec ses accessoires métalliques et ses combinaisons. Les corps ont été souvent dénudés, avec le recours fréquent au corset. Le blanc, le crème et le gris restent privilégiés par les stylistes les plus sages.

Réputée pour avoir lancé de nombreux jeunes créateurs, Londres assistait cette année au retour de plusieurs grands noms qu'elle avait contribué à faire connaître avant qu'ils ne la délaissent pour les podiums plus prestigieux de New York, Milan et Paris.

Dans cette liste comprenant aussi Pringle of Scotland, Sass and Bride, Jonathan Saunders et Antonio Berardi, l'Anglais Matthew Williamson, qui compte pour clientes Sienna Miller, Gwyneth Paltrow et Kate Moss, était le plus attendu.

Habituellement présentée à Milan, Burberry Prorsum, collection haut-de-gamme de la marque britannique, s'est aussi laissée tenter par un retour londonien.

Devant plusieurs célébrités, dont Gwyneth Paltrow, Victoria Beckham et Emma Watson, Burberry a réinventé mardi sa fameuse gabardine en l'adaptant en robe courte, tantôt plissée, tantôt échancrée dans le dos, ou parsemée de paillettes argentées dans sa version nuit.

Anna Wintour, la rédactrice en chef du magazine américain Vogue, était aussi dans la salle, témoignage de l'effervescence suscitée par l'événement.

"Ca été absolument incroyable", a ainsi déclaré à l'AFP Harold Tillman, le président du British fashion council (BFC), qui l'organise. "Ca a été l'une des semaines les plus fascinantes que nous ayons connues. Nous voulons continuer à bâtir sur le succès de cette semaine pour les années à venir."

Le duo britannico-brésilien Basso and Brooke a pu constater que sa méthode consistant à créer leurs motifs multicolores à partir de distorsions d'images par manipulations numériques avait essaimé chez ses confrères.

"Il y a cinq ans, la mode était vraiment insipide. Ils disaient: +Vous êtes fous, personne ne va jamais porter autant de couleurs. Mais vous donnez du temps aux gens et... je pense que le moment est maintenant venu", a déclaré Bruno Basso à l'AFP.


Défilé Vivienne Westwood - Photo : Pixel Formula

Vivienne Westwood, qui était déjà revenue en 2008 à Londres, où elle n'avait plus défilé depuis neuf ans, a montré dimanche pourquoi elle est considérée comme la reine de la mode britannique, en exposant son habituel alliage de chic et d'irrévérence avec sa collection Red Label.

Londres n'a pas non plus échappé à son inévitable polémique, lorsque le créateur canadien Mark Fast a décidé de faire défiler sur le podium trois mannequins taille 40-42, tranchant avec les habituels top-modèles filiformes.

L'initiative, qui s'est soldée par le départ d'un membre de l'équipe de Fast en désaccord avec le créateur, a été diversement accueillie. Beaucoup l'ont approuvée, tout en admettant avoir encore du mal à se débarrasser de leurs préjugés.

"C'est un pas formidable et positif dans la bonne direction pour la semaine de la mode de Londres", a estimé Sarah Watkinson, directrice de l'agence britannique 12+ UK qui a fait défiler les trois mannequins. "Je pense que les créateurs devraient faire montrer leurs collections avec des femmes ayant plus de courbes", a-t-elle ajouté, estimant que ses mannequins étaient "plus saines".

Par Alice RITCHIE et Claudia RAHOLA

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.