×
6 912
Fashion Jobs
PROMOSTYL
Coordinateur Commercial International
CDI · PARIS
HERMES SERVICES GROUPES
Responsable Services Logistique Manutention et Propreté H/F
CDI · PANTIN
BALENCIAGA S.A.
Balenciaga - HR Business Partner Corporate
CDI · PARIS
PRINTEMPS
Manager Des Ventes (Chaîne - Rattaché au dm) H/F
CDI · CAGNES-SUR-MER
JIMMY FAIRLY
Chef de Produits
CDI · PARIS
ORCHESTRA PREMAMAN
Acheteur Textile H/F
CDI · SAINT-AUNÈS
GRAIN DE MALICE
Contrôleur de Gestion Achats Textile H/F
CDI · MARCQ-EN-BARŒUL
BONS BAISERS DE PANAME
Chef de Produit Maroquinerie et Chaussures / Coordinatrice de Collection
CDI · PARIS
VAN CLEEF & ARPELS
Retail Analyst
CDI · PARIS
UNIQLO
Agent de Sécurité et de Prevention Des Pertes - Uniqlo Lyon Carnot
CDI · LYON
ORCHESTRA PREMAMAN
Traffic Manager H/F
CDI · SAINT-AUNÈS
PALLAS
Attaché Commercial
CDI · PARIS
CITY ONE
Superviseur H/F Chief Happiness Officers Bilingues Anglais à l’Aeroport d'Orly en CDI
CDI · PARIS
Z
Contrôleur de Gestion Opérationnel H/F
CDI · SAINT-CHAMOND
AMERICAN VINTAGE
Chargé(e) de Projets CRM (H/F)
CDI · SIGNES
FASHION CONSULTING
Charge de CRM
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional Retail (H/F) - Centre
CDI · TOURS
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Normalisation Luxe PAP Femme H/F
CDI · PARIS
CHRISTOFLE
Expert E-Commerce
CDI · PARIS
LIVY
Acheteur Junior H/F
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
PRINTEMPS
Manager Des Ventes Mode Homme (ph) H/F
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Responsable de Gestion RH, Finances et Administration
CDI · PARIS
Publicités

Londres : l'immobilier de luxe touché par l'instabilité économique mondiale

Par
Reuters
Publié le
today 9 févr. 2016
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les crises économiques ainsi que les turbulences sur les marchés financiers ont eu un impact significatif sur le marché immobilier de luxe à Londres, du moins auprès des investisseurs chinois, russes ou encore moyen-orientaux. Certains d'entre eux seraient même prêts à mettre leurs biens en vente.

Qu'ils s'agisse d'oligarques russes, de magnats du pétrole moyen-orientaux ou encore d'entrepreneurs originaires de l'Empire du Milieu, ce sont bien les acheteurs étrangers qui ont dominé l'immobilier de luxe londonien au cours des deux dernières décennies.


Knightsbridge, Londres


Avec le cours du baril de pétrole à un tiers de sa valeur de 2014, la dévaluation de moitié du rouble et le ralentissement de l'économie chinoise, les agents immobiliers de la capitale britannique font état d'une pause dans le secteur immobilier, un phénomène d'ailleurs accru par une nette hausse des impôts fonciers.

« Il y a certainement eu moins d'intérêt... au cours des six derniers mois de la part des russes, en raison du prix du pétrole et du cours du rouble », précise ainsi Ed Mead, directeur général de l'agent immobilier Douglas & Gordon, très actif dans l'immobilier de luxe. « Si beaucoup de gens ont acheté ici, comme l'ont fait nombre de Chinois au cours des dernières années, il est clair que nous en voyons de plus en plus venir vers nous en nous demandant de vendre leur bien. »

Selon Reuters, les données communiquées par les professionnels du secteur montrent une chute du volume de transactions dans les secteurs les plus exclusifs du centre de Londres, mais aussi une diminution des prix demandés, et une réduction du nombre d'acheteurs russes, chinois ou originaires du Moyen-Orient.

Selon le spécialiste du secteur Savills, si 4 % des acheteurs sur le marché immobilier londonien étaient chinois au cours du premier semestre de 2015, cette proportion a baissé à 3 % dans la seconde moitié de l'année.

La chute semble encore plus évidente pour les investisseurs moyen-orientaux ou nord-africains, leur proportion passant ainsi de 10 % à 4 % en l'espace d'un an.

« Des gens comme les qataris (...) étaient de gros acheteurs il y a un an, ainsi que les grands fonds souverains », selon Charlie Ellingworth, cofondateur de Property Vision, une entreprise qui aide les acheteurs haut de gamme à trouver des biens d'une valeur supérieure à 1 million de livres.

De la même manière, le nombre de Russes étant entrés en contact avec Property Vision a chuté de 60 % sur un an.

Dans les secteurs haut de gamme du centre de Londres, comme Knightsbridge, Notting Hill ou Chelsea, le nombre de transactions a baissé de près d'un cinquième au cours du second semestre 2015, selon le consultant immobilier Knight Franck, et les prix demandés ont souvent baissé de 10 % ou plus.

Ce ralentissement observé du marché pourrait aussi avoir été partiellement causé par une hausse des charges fiscales visant les acheteurs étrangers. George Osborne, ministre des Finances britannique, a ainsi augmenté le montant d'une taxe payée sur les propriétés dont le prix excède un montant d'environ un million du livres, et a par ailleurs diminué les allègements de taux hypothécaires payés par les propriétaires.

« Il y a eu un déclin (...), mais cela est sans doute autant lié aux mesures prises par George Osborne qu'à ce qu'ont fait les Russes eux-mêmes », selon Charles McDowell, un agent immobilier spécialisé dans les transactions de luxe.

Ceci dit, selon Jonathan Hewlett, chef des ventes chez Savills, la ville de Londres n'a pas perdu à plus long terme sa réputation de capitale où il faut investir : « Je pense que, lorsque vous parlez aux investisseurs étrangers, ceux-ci considèrent encore Londres comme un endroit agréable et sûr, aussi bien en termes de sécurité que d'investissement. »

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.