×
7 057
Fashion Jobs

Londres, laboratoire de tendances de la mode masculine

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 8 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Semaine de la mode masculine de Londres reflétait autrefois la grande tradition britannique du tailleur pour homme. Aujourd'hui, elle s'est transformée en laboratoire mondial du style masculin. Elle s'est même dotée pour l'édition qui s'est tenue du 4 au 7 janvier d'un nouveau centre névralgique, l'ancienne Truman Brewery, qui semble tirée d'un roman de Dickens - dans l'East End de Londres, à deux pas de l'endroit où Jack l'Éventreur se livrait jadis à ses terribles obsessions. Visite de ce nouvel emplacement en cinq tendances émergentes.


Edward Crutchley - Automne-hiver 2019 - Prêt-à-porter masculin - London - © PixelFormula


L'effacement, voire la mort du tailleur traditionnel

Londres était autrefois considérée comme le berceau de la tradition du tailoring masculin, à l'époque où les tailleurs de Savile Row habillaient tout le monde, de la famille royale à James Bond. Plus maintenant. Il fallait être attentif pour trouver un costume au fil des défilés de cette saison, sans parler d'une cravate ! Sauf dans la superbe collection d'Edward Crutchley.


John Lawrence Sullivan - Automne-hiver 2019 - Prêt-à-porter masculin - Londres - © PixelFormula


Gentleman rocker

On a assisté au grand renouveau du dandy rocker, particulièrement dans la collection exceptionnelle de John Lawrence Sullivan, dessinée par un designer japonais basé à Tokyo. L'élément clé du show : la redingote de rockstar. De même, la superbe collection de la débutante Mowalola, présentée à Fashion East, rompait avec les codes : de fantastiques manteaux en cuir avec des images de mains ou de torses imprimées sur le dos, toutes inspirées par des habitants de Lagos, la capitale du Nigeria, son pays natal.
 

Art School - Automne-hiver 2019 - Prêt-à-porter masculin - Londres - © PixelFormula


Fluidité des genres

La transidentité, le mélange et la fluidité des genres ont atteint une nouvelle étape à Londres cette saison. Le premier look du premier défilé de la semaine masculine, celui d'Art School, était une robe de cocktail noire, coupée en biais, et le défilé du samedi soir était placé sous le thème « queer couture », par Charles Jeffrey Loverboy. Mais cette saison, l'humeur était plus délicate, plus douce - comme ces robes perlées années 1920 portées par des garçons.


Iceberg - Automne-hiver 2019 - Prêt-à-porter masculin - Londres - © PixelFormula


Du sportswear nouvelle génération

Depuis un certain temps déjà, l'athleisure - ou sportswear chic - est la tendance la plus importante sur le marché britannique. Des détaillants aussi variés que Primark et le très acclamé End, juste à côté de Carnaby Street, consacrent une grande part de leur surface de vente à cette catégorie. Mais les créateurs londoniens de prêt-à-porter masculin lui donnent une nouvelle tournure - avec des imprimés d'iconographie sportive (James Long pour Iceberg), une imagerie carrément naïve (Bobby Abley) ou des rayures abstraites (Astrid Andersen).


Private Policy - Automne-hiver 2019 - Prêt-à-porter masculin - Londres


Anti-matérialisme

Londres a mis à l'honneur plusieurs marques chinoises très en vue cette saison. Fait remarquable, deux des plus importantes d'entre elles mettaient l'accent sur des idées anti-matérialistes. Du défilé « Money v Human » (« Argent contre Humain ») de Private Policy à la réinterprétation de la veste Mao par Pronounce, comme une aspiration vers un mode de vie plus simple.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com