Lorena Antoniazzi poursuit son expansion avec une boutique à Cannes

Depuis sa relance en 2013, Lorena Antoniazzi progresse à grands pas. En quelques années, la griffe italienne de maille féminine haut de gamme, entièrement fabriquée en Italie, a fortement étoffé son réseau de vente avec un total de 10 boutiques, dont six en gestion directe. Après l’ouverture d’un flagship à Milan l’été dernier, d’un magasin à Moscou en novembre, elle vient d’ouvrir une boutique à Cannes.


La boutique de Cannes - Lorena Antoniazzi

L’espace de 100 mètres carrés est situé à quelques pas de la Croisette, 23 rue des États-Unis. C’est la deuxième adresse en France pour Lorena Antoniazzi, après la boutique de Paris inaugurée en 2013 au numéro 10 de la rue de Castiglione. Non loin de là, rue Saint-Honoré, la marque a aussi ouvert un showroom, qui s’ajoute à celui de Milan et celui de Düsseldorf. L’objectif pour l’Hexagone est d’installer un point de vente aussi à Courchevel et de renforcer la distribution en gros, qui passe aujourd’hui par 22 clients multimarques.

Le principal débouché pour la griffe, qui réalise 90 % de ses ventes à l’étranger, est la Russie et les pays limitrophes, où elle est vendue dans toutes les villes principales ainsi que dans ces deux magasins, à Moscou au Smolensky Passage et à Saint-Pétersbourg.

L’autre grand marché est constitué par l’Asie, avec la Corée du Sud en tête, Lorena Antoniazzi y a signé un partenariat avec le distributeur local Debec pour y ouvrir deux points de vente par an sur quatre ans. Quatre ont déjà vu le jour. Enfin, un partenariat vient d’être conclu au Japon avec Misaki, où le label devrait ouvrir sa toute première boutique en mars.

La maison peut compter par ailleurs sur 350-400 clients multimarques dans le monde. Pour ce qui est de l’e-commerce, une équipe a été recrutée en interne « pour trouver une formule innovante en vue de lancer un e-shop ».

« L’ouverture de Milan dans l’artère chic de Via della Spiga nous a donné beaucoup de visibilité, nous continuons à bien progresser avec un chiffre d’affaires de 23,5 millions d’euros attendus pour 2019 contre les 22 millions de 2018 », nous indique le PDG, Luca Mirabassi, qui a fondé l’entreprise en 1993 avec sa femme, la styliste Lorena Antoniazzi.


Un look estival s'affiche dans le nouvel écrin de Cannes - Lorena Antoniazzi

Signe de cette progression, la société Sterne International, qui détient la marque, est passée de 70 employés en 2013 à 120 aujourd’hui et a augmenté ses sites de production avec un nouveau laboratoire, toujours près de son quartier général à Pérouse, comptant désormais deux établissements d’une superficie totale de 6 000 mètres carrés au-delà de son siège directionnel.

« Tous les six mois, nous organisons une formation pour préserver les savoir-faire et garantir notre futur. Nous avons ainsi formé quatre ravaudeuses, qui ont été embauchées, et nous démarrons ce mois-ci avec une formation sur la maille. Cela a permis de baisser l’âge moyen de l’entreprise à 34 ans », glisse le patron, qui annonce aussi l’arrivée de son fils Andrea (31 ans), passé par Dolce & Gabbana et Valentino, comme responsable du merchandising et du retail, aux côtés du jeune frère Nicola (30 ans), responsable de la production.

La marque a développé un total look contemporain intemporel, à la fois chic et sport, fabriqué entre la Ombrie et les Marches, où la maille avec des traitements particuliers a la part belle. Elle s’adresse aussi bien aux jeunes femmes qu’à leurs mères, proposant un bon rapport qualité-prix.

Depuis quelques saisons, Lorena Antoniazzi a élargi son offre avec la ligne LH, une collection capsule dédiée au soir réalisée avec le styliste kazakh Hayot. « Nous fabriquons nous-mêmes certains tissus, car le vrai problème aujourd’hui, c’est de trouver des matières premières de qualité », conclut Luca Mirabassi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER