Louis Vuitton : la magie opère pour le défilé croisière à la fondation Maeght

L’autre Tour de France : celui des défilés des collections croisière, mis en scène dans des lieux emblématiques. Ce lundi soir, c’est Louis Vuitton qui a apporté sa patte, avec une proposition expérimentale, mais tout à fait portable.


Voir le défilé
Louis Vuitton Cruise 2019 - Spring-Summer2018 - Cruise Collection - Paris - © PixelFormula

Présentée à la Fondation Maeght, la collection croisière 2019 de Louis Vuitton était en synergie totale avec le lieu et son jardin de sculptures unique, regroupant des œuvres majeures d’artistes de légende comme Joan Miró, Alexander Calder, Anthony Caro et Barbara Hepworth. Lignes, couleurs, attitude, cette collection fait la part belle à l’innovation.

« Fabuleux ! » s’est exclamée Jennifer Connelly, la muse du créateur, vêtue d’un pantalon rayé et d’une veste de baseball bleu électrique ornée d’un logo Louis Vuitton graphique. « Fantastique ! » a renchéri Sienna Miller, en robe de cocktail blanche ornée du monogramme de la marque sur un fond gris géométrique en forme de diamant.

Les épaules imposantes et volumineuses faisaient écho aux arches et aux structures curvilignes de Calder et Miró, sans jamais en faire trop toutefois. Les impressionnantes cuissardes-sneakers étaient quant à elles idéales pour évoluer sur le sol en gravier du jardin où avait lieu le défilé. Sans aucun doute un futur best-seller.

« Je suis venu pour la première fois dans ce lieu spécial il y a 20 ans. Et la relation unique entre cette famille et les artistes qu’ils aimaient et qu’ils ont accueillis ici a toujours été une grande source d’inspiration », confiait Nicolas Ghesquière après le défilé, après une séance de pose sous les flashs des photographes avec Ruth Negga et Léa Seydoux.

Les superbes vestes à plumes étaient aussi résolument avant-gardistes, portées avec de mini-robes cocktail et de remarquables vestes en jean aux couleurs de la fondation.

« Je dirais qu’elles sont très Miami, plutôt acides et dans des tons évoquant les années 1960, le moment auquel la fondation a été créée », a souligné le créateur à FashionNetwork.com.

Autre trait de génie : demander à sa vieille amie Grace Coddington de créer plusieurs motifs représentant des chats. Rien d’étonnant lorsque l’on sait que l’ex-directrice de Vogue vit avec une demi-douzaine d’entre eux. « Nous sommes très bons amis, mais elle préfère les chats et je suis plutôt chiens », s’est amusé Nicolas Ghesquière, qui a récemment déménagé pour offrir un jardin à son labrador brun.

Tout était présenté sans aucune fausse note dans l’environnement fascinant de la Fondation Maeght, où les mannequins déambulaient autour du labyrinthe de Joan Miró.

Nicolas Ghesquière a un faible pour les itinéraires tortueux. Les mannequins défilaient sur un podium de lumière, l’une des ressources favorites du designer, dont la première collection croisière pour Louis Vuitton avait été présentée à Monaco en 2014. Les mannequins y évoluaient sur un podium de verre ondoyant au-dessus d’une vidéo de bord de plage de galets créée par l’artiste Ange Leccia.

Le PDG de Louis Vuitton, Michael Burke, avait d’ailleurs profité de ce défilé monégasque pour initier une nouvelle stratégie de tour du monde des collections croisière Louis Vuitton, qui se sont jusqu’à maintenant arrêtées à Palm Springs, Rio, Kyoto et maintenant Saint-Paul-de-Vence.

Les collections croisière Louis Vuitton entrent souvent en résonance avec leur site. Le défilé Cruise du créateur à Rio en 2016 faisait référence à l’univers graphique du football brésilien à travers ses motifs et son défilé à Kyoto de l’année dernière jouait avec les codes des maquillages Kabuki, des armures de samouraï et des couleurs de Kurosawa.

Et la collection de ce soir ne faisait pas exception à la règle : une robe de cocktail brillante dans des tons de jaune, blanc et argent paraissait presque arrachée d’une céramique murale de 1953 de Fernand Léger.

Il y a trois jours, Christian Dior présentait sa version d’une collection croisière avec Diorodeo, un défilé aux influences mexicaines et plus exactement inspiré des escaramuzas, sous une pluie battante aux Écuries de Chantilly. Le monde de la mode va maintenant tourner les yeux vers Arles, avec un défilé mercredi soir dans un site romain antique, probablement sous la pluie également.

« C’est amusant de voir les dieux de la météo aux prises avec les seigneurs du luxe », pouffait Eugenia de la Torriente, la rédactrice en chef du Vogue espagnol. Les dieux ont en tout cas eu la clémence de retenir les premières gouttes de pluie jusqu’à la fin de ce défilé.

La saison est loin d’être finie, cependant. Koché, le label montant de la créatrice française Christelle Kocher, présentera sa première collection croisière à Marseille lundi 19 juin, sur le pont d’un ferry méditerranéen semble-t-il.

Ce Tour de France des croisières n’a pas peur de jouer les prolongations : le premier défilé de la saison était en effet celui de Chanel au Grand Palais le 3 mai dernier. Mais étant donné la remarquable qualité des présentations jusqu’à maintenant, on serait tenté de le renommer Tour de Force.

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER