×
Publicités
Publié le
9 avr. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Loyers : les centres commerciaux appellent les enseignes à plus de solidarité

Publié le
9 avr. 2020

Suite à l'évocation de possibles prises en charge par l'État des loyers des petits commerçants, les centres commerciaux prennent à nouveau la parole pour renforcer leur soutien aux commerces locataires. Mais également pour se montrer fermes quant aux devoirs des enseignes multi-succursalistes, invitées à ne pas chercher à faire annuler leurs loyers, "ne serait-ce que par solidarité avec les petits locataires".


Shutterstock



Après un précédent communiqué où il réclamait notamment que les pure-players soient mis à contribution par l'État, le Conseil National des Centres Commerciaux cible cette fois plus précisément les enseignes. Celles-ci n'hésitent plus dernièrement à évoquer des démarches judiciaires afin de faire annuler leurs loyers pour la période du confinement (relire notre dossier dédié). Dans ce nouveau communiqué, le CNCC souligne que du paiement des loyers et charges par les grandes enseignes dépend la capacité des propriétaires à venir en soutien aux petits commerces et PME en "situation particulièrement tendue".

A ceci s'ajoute la capacité des bailleurs à honorer leurs propres engagements bancaires et obligataires. " Les bailleurs, qu’ils soient petits ou grands, chacun à leur échelle, portent de lourds investissements essentiellement financés par des dettes bancaires ou obligataires qui rendent crucial le respect des dates d’exigibilité des loyers et charges", insiste ainsi le CNCC.

Cet appel à la solidarité des enseignes avec les bailleurs s'accompagne de trois séries de mesures, nouvelles ou renforcées, visant les commerces locataires :
- Les petits commerces verront désormais leurs loyers d'avril et mai étalés sur une période de 24 mensualités. Et ceci sans intérêt ni pénalité, comme l'implique l'ordonnance du 25 mars 2020, protégeant les entreprises bénéficiant du fonds de solidarité.
- Les grandes enseignes internationales et nationales multi-succursalistes "doivent respecter strictement" leurs engagements contractuels. Leurs loyers et charges pouvant profiter là encore de l'étalement des paiements annoncé le 16 mars.
- Les entreprises moyennes doivent se rapprocher individuellement de leurs propriétaires afin que les situations de trésorerie soient étudiées au cas par cas. "Pour les locataires dont la situation serait la plus tendue, le CNCC incite les propriétaires à donner suite à leurs démarches visant à réduire la tension sur leur trésorerie", indique l'instance représentative. "Diverses options sont envisageables selon les propriétaires. Néanmoins, les charges doivent être payées aux dates contractuelles puisqu’elles correspondent à des coûts réels encourus par les propriétaires même en période de fermeture des commerces non-essentiels."

Fédérant 400 sociétés et plus de 800 sites commerciaux, le CNCC indique que ces différentes mesures constituent "une réponse économique appropriée" au regard de l'impact de la crise sur les centres commerciaux eux-mêmes. Le Conseil appelle par ailleurs à des "efforts collectifs" dans "un esprit de responsabilité". En face, sept fédérations de commerçants avaient appelé à une annulation des loyers et charges, dont les fédérations des enseignes d'habillement et de chaussure, et la fédération pour le commerce spécialisé (relire notre article).
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com