×
Publicités
Publié le
29 janv. 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Luciano Benetton veut donner un souffle nouveau à Fabrica

Publié le
29 janv. 2018

Luciano Benetton a fait sa première apparition publique depuis qu’il a annoncé son retour aux affaires en fin d’année. Il est revenu au siège de son entreprise, près de Trévise (Italie du Nord), qu’il avait quitté en 2012, pour présenter aux côtés d’Oliviero Toscani le nouveau projet de Fabrica, le centre de recherche sur la communication qu’il avait créé en 1994 et confié au célèbre photographe.

Oliviero Toscani et Luciano Benetton - Benetton Group


Les deux compères souhaitent ramener « de la beauté et de la magie » en ces lieux, qui ont fait les grandes heures de Benetton. Ils ont ainsi dévoilé vendredi le nouveau projet « Fabrica Circus 24/7x52 », faisant évoluer Fabrica « en une arène ouverte à tous où célébrer l’imagination ». L’objectif est d’attirer et de repérer les nouveaux talents créatifs dans le monde entier.
 
Ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 52 semaines par an, le centre veut se transformer en « un lieu de référence culturelle où échanger avec des maîtres italiens et étrangers, un peu comme dans la "bottega", l’atelier de la Renaissance ». Il n’y aura plus de départements définis comme auparavant, mais « tout le monde s’occupera de tout », abordant les thèmes les plus divers : culture humaniste, communication, nourriture, cinéma, art, poésie, journalisme, design, spiritualité, nature, musique, politique, économie, neurosciences, psychologie, écriture, théâtre.

Le centre prévoit d’organiser quatre festivals saisonniers multidisciplinaires, dont le premier se déroulera du 23 au 25 mars, ainsi qu'un cycle continu de conférences et autres performances. Au programme également, la relance du magazine Colors, qui avait vu le jour en 1991. Le groupe a rappelé Alex Marashian pour piloter ce projet, qui prévoit de transformer le magazine papier en un quotidien en ligne.

A 82 ans, Alessandro Benetton, en grande forme, a réaffirmé son optimisme quant au redressement de la société qu’il a fondée en en 1965 avec ses trois frères et sœur, même si cela ne se fera pas rapidement, l’homme misant sur une bonne année de transition.

Parmi les dossiers les plus urgents, il y aurait, selon le supplément économique de la Repubblica « Affari & Finanza », le projet d’intégrer Olimpias Group, le fabricant textile de la marque. Lors de la profonde réorganisation engagée en 2015, Benetton Group avait été séparé en effet de sa partie productive, soit ses usines en Italie, Croatie, Serbie et Tunisie, passées sous la supervision de l'entité Olimpias, le groupe ne s’occupant plus que du produit, du marketing et du réseau commercial, se concentrant sur les deux marques United Colors of Benetton et Sisley.

Comme le souligne le journal, la séparation de cette activité a comporté une duplication des coûts et alourdi les procédures, entre bureaucratie et livraisons, Olimpias restant un important fournisseur de Benetton. L’idée de réintégrer la société se fait jour, alors que l’entreprise songerait à ramener sa production de l’Asie en Europe et dans le Maghreb. D’autant que malgré la restructuration, le groupe de mode n’est pas parvenu à décoller et a doublé ses pertes en 2016 (81 millions d’euros) avec un chiffre d’affaires s’élevant à 1,376 milliard d’euros, en recul de 8,5 % par rapport à 2015.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com