×
Publicités
Publié le
25 oct. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Luxe : 2017 marque la reprise avec une croissance de 5 %

Publié le
25 oct. 2017

Après deux années de stagnation, le marché mondial du luxe enregistre une reprise en 2017 grâce à la confiance retrouvée auprès des consommateurs, marquée par le retour des touristes en Europe et la forte croissance du marché chinois. Une hausse tirée aussi par les millennials et le web, canal qui a enregistré cette année la plus forte hausse de ventes de biens de luxe (+24 %).

Louis Vuitton, collection printemps/été 2018 - © PixelFormula


Tel est le tableau dressé par la Fondation Altagamma, qui réunit les principales entreprises de luxe en Italie, avec le cabinet Bain & Company ce mercredi 25 octobre à Milan. Selon leurs estimations, le marché mondial des biens de luxe (maroquinerie, mode, horlogerie, joaillerie, parfums et cosmétiques) devrait atteindre 262 milliards d’euros en 2017, enregistrant une hausse de 5 % à taux de change courant contre une croissance nulle en 2016 et une hausse de 1 % en 2015. A taux de change constant, la hausse pour 2017 s’affiche à 6 %.

« Cette année, le marché a progressé de manière très saine. Après les fortes croissances du passé, suivies par le ralentissement des deux dernières années, l’ensemble du secteur semble avoir remis les compteurs à zéro. Un peu comme s’il avait appuyé sur la touche 'reboot' de l’ordinateur pour redémarrer », commente Claudia D’Arpizio, partenaire de Bain & Company et auteur de l’étude.

Les griffes, qui avaient boudé par le passé leur clientèle locale pour courir après un client chinois friand de logos, pratiquant de fortes différences de prix d’un marché à l’autre, ont revu leur stratégie. Résultat : on assiste aujourd’hui à un retour de la clientèle locale, dont les achats ont progressé de 4 %. Par ailleurs, avec des différentiels de prix entre l’Europe et la Chine de 20-30 % et non plus autour de 80 %, les touristes sont revenus en Europe et leurs dépenses de luxe dans le monde ont augmenté de 6 %.

« Auparavant, les prix constituaient le moteur essentiel de l’achat. Aujourd’hui, les touristes achètent des biens de luxe pour vivre une expérience et non plus pour une question de prix. Cette croissance saine est confortée par la hausse des volumes, alors que cela faisait très longtemps que le marché du luxe n’augmentait pas en termes de volume. Cela signifie l’apport de nouveaux consommateurs », explique l’analyste.

Entre janvier et septembre 2017, les ventes de produits de luxe détaxés, celles des touristes donc, ont ainsi bondi de 22 % au Royaume-Uni, de 19 % en Espagne de 8 % en France et de 5% en Italie, selon Global Blue.

« L’élément le plus déconcertant est que 80 % de cette croissance, c’est-à-dire de ces 12 milliards supplémentaires encaissés en 2017 par l’industrie du luxe, est liée aux achats des millennials, dont la plupart sont Chinois, soit des consommateurs très sophistiqués, qui prétendent au meilleur et ont une opinion très forte, qu’ils souhaitent partager », souligne Claudia d’Arpizio.

Le retour en force du marché chinois, où les ventes de biens de luxe ont bondi de 15 %, à 20 milliards d’euros, constitue l’autre facteur déterminant de cette croissance. La forte accélération des classes moyenne explique notamment cette hausse avec un consommateur jeune et informé, qui ne cherche plus le logo pour affirmer son statut, ce qui le rend plus difficile à intercepter. Les Chinois représentent 32 % de l’ensemble du marché et ont enregistré la croissance la plus forte.

Pour ce qui est des autres régions, l’Asie et l’Europe enregistrent une croissance chacune de 6 %, le Japon de 4%, les Amériques de 2 % et le Moyen-Orient de 1 %.

Dernier facteur significatif de cette croissance : le web, canal qui a enregistré la plus forte hausse dans le secteur du luxe (+24 %), à 23 milliards d’euros, soit l’équivalent du marché japonais (22 milliards d’euros), par rapport au réseau retail (+8 %) ou wholesale (+3%).

Cette tendance positive sur le marché du luxe mondial, bien supérieure aux attentes, devrait se poursuivre l’an prochain. Selon le consensus établi par Altagamma, les ventes de biens de luxe devraient progresser en 2018 de 4 % pour le secteur de l’habillement, de 5 % pour celui des montres et joaillerie et de 7% pour accessoires et maroquinerie.

Bain & Company table pour sa part sur une croissance de 4 à 5 % par an pour les trois prochaines années, pour atteindre 295 à 305 milliards d'euros de ventes de biens de luxe en 2020.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com