×
Publicités
Publié le
14 oct. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Luxe: le pôle productif d’excellence Florence voit le jour en Italie

Publié le
14 oct. 2020

Alors que les géants du luxe, tel Chanel, continuent de s’emparer des fabricants et laboratoires les plus pointus de la Péninsule, un nouveau pôle d’excellence made in Italy voit le jour. Baptisée Florence, cette nouvelle réalité s’affiche comme "le premier pôle productif pour l’habillement de luxe en Italie", avec un chiffre d’affaires attendu autour de 150 millions d’euros.


Francesco Trapani va présider Florence - DR


Le projet est promu par deux fonds: VAM Investments, spécialisé dans des opérations de rachat d’entreprise et de capital développement, qui est contrôlé par Francesco Trapani avec la société d’investissement Tages, et l’investisseur institutionnel Fondo Italiano d’Investimento. Créé en 2010 à l’initiative du ministère italien de l’Économie et des finances, ce dernier est contrôlé par la holding de la Caisse des Dépôts, CDP Equity, ainsi que par des banques transalpines.

VAM Investments et Fondo Italiano d’Investimento ont créé la société Florence, via le rachat de trois historiques fabricants textiles italiens implantés en Toscane -Giuntini SpA, Ciemmeci Fashion Srl et Mely’s Maglieria Srl-, qu’elle contrôle à 100%. Ces trois entreprises intègrent ce nouveau groupe à travers un partenariat, puisque leurs familles fondatrices entrent au capital de Florence à hauteur de 35%, tandis que les autres 65% sont détenus par les deux fonds promoteurs de l’opération.

Fondée à Pise en 1957, Giuntini est considéré comme l'un des leaders italiens dans la production d’outerwear et de pièces à manches. Ciemmeci Fashion, spécialisée dans la production de vêtements en cuir, a vu le jour à Empoli en 1993, tandis que Mely’s Maglieria, fondée à Arezzo en 1956, est un spécialiste de la maille.

L’idée est d’agréger d’autres entreprises et producteurs haut de gamme, chacun avec sa spécialité, afin qu’ils se complètent entre eux, offrant à ses réalités familiales un cadre plus structuré et managérial soutenu par une certaine solidité financière. Comme l’expliquent les deux fonds dans un communiqué, "le projet industriel de Florence vise à développer une plateforme leader, également au niveau international, pour la fourniture de produits de grande qualité pour les marques les plus importantes de la mode".
 
Un autre objectif de Florence est de "mettre à disposition des styliste italiens et internationaux, auprès d’un showroom qui sera inauguré bientôt à Milan, les vastes archives des entreprises du groupe couvrant plus de 50 ans d’histoire de la mode", précise encore le communiqué.

Le nouveau pôle Florence, qui emploie 700 personnes, est dirigé par le directeur général Attlia Kiss, tandis que Francesco Trapani occupe la fonction de président. Le manager a quitté en décembre 2019 le conseil d’administration de Tiffany & Co, qu’il avait intégré en 2017. Par le passé, il a piloté Bulgari pendant plus de 25 ans, avant que le joaillier romain ne soit racheté par LVMH en 2011, groupe qu’il a rejoint à cette occasion pour en diriger l’activité montres et joaillerie français jusqu’en 2014.
 
D’autres opérations de rachat devraient être annoncées dans les prochaines semaines.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com