Lycra Fiber Moves : les spécialistes de la bonneterie réunis à Côme

Les 18 et 19 octobre, la marque Lycra tenait à Côme son colloque biennal dédié à l'évolution du marché international des collants, réunissant quelque 220 spécialistes des fibres et représentants de grandes marques. Un marché qui s'est progressivement frotté aux tendances, mais qui doit, à l'instar du marché de l'habillement, séduire la nouvelle génération de consommateurs millennials.


Lycra Fiber Moves avait organisé un défilé le 18 octobre à la Villa Erba de Côme - Lycra

Et c'est pour parler précisément de ces derniers que Lycra a fait appel à Alison Angys, du cabinet d'étude Euromonitor. L'occasion pour celle-ci de rappeler les aspirations clefs, désormais bien connues, de cette jeune génération qui aspire notamment à l'authenticité et à l'expérience. Mais aussi de prévenir qu'ils ne sont qu'une avant-garde de changement ultérieur. « Si vous avez peur des millennials, vous feriez mieux de vous préparer car la "Génération Z" toque déjà à la porte et vous allez les trouver effrayants ! » lance la spécialiste.

Alison Angys a ainsi rappelé que 1,7 milliard de millennials représentent déjà 18 % de la population chinoise, 4 % des Américains et 10 % des Européens. Sur le Vieux Continent, les millennials féminines sont 26 % à réclamer des produits éthiques et 49 % aspirent à une consommation consciente. « Certes, l'industrie ne peut pas devenir verte du jour au lendemain, mais il est primordial que les marques s'y essayent sincèrement. Car les Millennials pardonnent plus qu'on ne pourrait le croire. Ce qu'ils ne pardonnent pas, c'est que l'on ignore le problème. »

Vers plus de tendances ?

Directrice monde de l'activité « hosiery » de Lycra, Sybille Bald voit d'ores et déjà dans l'offre existante un moyen pour le marché de s'attirer les jeunes consommateurs. « Je vous en prie, amenez les millennials vers les bas et collants en allant vers une offre mode », a ainsi lancé la dirigeante aux représentants de grandes marques conviés pour l'événement. « La mode et les tendances n'ont réellement fait leur entrée sur ce marché qu'il y a trois ou quatre ans. La moitié des pièces achetées sont noires, près d'une autre moitié est couleur chair. Les collants à couleurs et motifs tendance ne pèsent environ que 5 % de ce secteur. C'est là-dessus qu'il nous faut travailler. »

Ce que confirme Anne-Marie Commandeur, du Stijinstituut Amsterdam, qui, dans un tour d'horizon des grandes tendances amenées à trouver un écho pour le secteur, pointe les bas et collants colorés qui ont récemment égayé les défilés de Tom Ford, Redemption, Kenzo, Moschino ou encore Genny. « Le contexte politique incertain n'est pas nécessairement synonyme d'un repli vers la sobriété et d'une absence de prise de risque », a ainsi résumé la spécialiste.

Une notion de contexte politico-économique global qu'était d'ailleurs venu aborder l'auteur américain Alan Friedman. Si l'observateur laisse peu de doute sur la perpétuation de la montée en puissance des extrêmes droites occidentales, il se montre en revanche plus prudent sur l'impact économique à en attendre pour le secteur. « Le populisme et le protectionnisme qui vont de pair vont vraisemblablement amener à une embellie économique, a ainsi expliqué le journaliste. Mais cela ne pourra durer, avec ce que cela implique sur l'emploi et la consommation dans l'ensemble du marché occidental. »


Sybille Bald, directrice monde de l'activité « hosiery » de Lycra - Lycra

Lycra, qui fête cette année ses soixante ans d'existence, a naturellement profité de l'événement pour présenter ses dernières technologies aux acheteurs (lire notre article sur le sujet). « Et nous avons à l'heure actuelle encore une cinquantaine de produits en développement », souligne Bob Birkwood, vice-président d'Invista, pointant que Lycra profite désormais d'un taux de reconnaissance de 87 % auprès des consommatrices.

Reste que le marché de la bonneterie ne connaît pas une année 2017 resplendissante. Les marques rencontrées à l’événement témoignent en effet d’un activité plus ralentie qu’à l’habitude. « La météo n’a pas été très coopérative », nous confirme Bob Kirkwood, témoignant des difficultés de ses partenaires. « C’est notamment pour cela que nous veillons à diversifier notre activité afin de pouvoir offrir des bas et collants pour différents moments de l’année. »

C’est dans ce contexte que Lycra attend toujours que la revente de sa maison mère, la division A&AT (Apparel & Advanced Textiles) d’Invista, au groupe Shandong Rui soit validée par les autorités chinoises. Un changement de main qui, nous assure le dirigeant, n’aura aucun impact pour les marques ou les clients finaux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

TextileIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER