Ma P’tite culotte devient Naïa et installe sa deuxième boutique

Ma P’tite culotte change de nom ! La griffe de dessous lancée en 2013 par Charline Goutal et Pierre Van Gansen devient Naïa, une marque à l’univers plus étendu, body positive et soucieuse de l’environnement. « Nous ne voulons plus être qu’une marque de lingerie, même si ce sera toujours inscrit dans l’ADN de Naïa et représentera la majeure partie de notre activité. Nous diversifions de plus en plus nos produits, nous avons désormais des vêtements à porter à la maison, des bijoux, des box et des capsules pour homme. Nous aimerions aussi développer davantage le vestiaire féminin », précise Charline Goutal.
 
La collection printemps-été 2019 de Naïa - Naïa

Officiel depuis le 9 avril, ce nouveau nom a été testé au préalable sur un panel de clients, qui y ont adhéré. Son avantage : il est plus lisse, donc plus accessible et plus exportable, ce qui pourrait permettre à la griffe de prendre une dimension internationale. Avec son site qui livre dans le monde entier, la marque aimerait d’abord séduire l’Europe avant d’affiner une stratégie pour le grand export.
 
Les deux engagements que Naïa a décidé d’affirmer, être une griffe à la fois body positive et soucieuse de l’environnement, s’accompagnent déjà de mesures visibles. Jusqu’ici disponibles jusqu’au 90D et au 42, les sous-vêtements sont désormais proposés jusqu’au 110E et au 48. En plus, la marque a arrêté de retoucher ses campagnes et choisi des filles de toutes corpulences pour y figurer.

Côté engagements durables, Naïa, qui produit ses pièces à 80 % en France (et en Europe pour le reste), proposera pour cet été une collection de maillots de bain fabriqués à partir de déchets récupérés en mer. En plus, la griffe a remplacé le papier classique utilisé pour les flyers d’information (sur les retours, le service client, etc.) qui figuraient dans ses colis et en magasins par du papier ensemencé, qui, s’il est mis après lecture dans de la terre et est arrosé, se transforme en plante.
 
La toute nouvelle boutique de Naïa dans le IVe arrondissement - Naïa

Pour accompagner ces changements, Naïa, qui en est à sa troisième levée de fonds (une de 200 000 euros à ses débuts, puis une autre de 2 millions d’euros en 2017 et enfin une plus récente dont le montant n’est pas révélé), a ouvert une nouvelle boutique le 13 avril dernier. Installée sur 70 mètres carrés au 45, rue Vieille-du-Temple, dans le IVe arrondissement, à la place d’un magasin Wolford, elle renforce la présence de la griffe dans la capitale. Depuis octobre 2017, elle dispose d’un showroom-boutique dans le IXe arrondissement.

En 2018, la griffe a présenté ses collections au Printemps Haussmann pendant plusieurs mois. Si l’expérience lui a plu, elle préfère néanmoins se concentrer sur la distribution directe, pour maîtriser ses coûts et son image. La vente en gros et l’inauguration de corners ne sont donc pas au programme des prochains mois. En revanche, Naïa désire trouver au moins une autre adresse à Paris d’ici à la fin de l’année.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

LingerieDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER