×

Made in France : les ETI réclament une baisse des taxes de production

Publié le
2 juil. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alors que le Gouvernement planche sur le sujet, le Mouvement des entreprises de taille intermédiaire (METI) présente ses propositions pour mener une réforme structurelle d'envergure à même de restaurer la compétitivité du tissu industriel tricolore. Avec une mesure phare : une baisse de 30 milliards d'euros sur les impôts et taxes de production.


Shutterstock



Dans un document de 20 pages, le METI souligne l'urgence à agir auprès des ETI, qui anticipent une chute de 20 % de leur chiffre d'affaires sur l'exercice 2020. Et rappelle que les 5 400 entreprises de taille moyenne du territoire pèsent en France 25 % des emplois, 34 % des exportations et 30 % des investissements privés. Pour le coprésident du METI, Frédéric Coirier, la crise économique succédant à la crise sanitaire souligne une nouvelle fois l'urgence d'enrayer la désindustrialisation française.

"Or, ces dernières sont particulièrement exposées au déficit historique de compétitivité de la France en matière de fiscalité", indique le METI. "Plutôt qu’une succession, certes nécessaire mais parfois illisible, de plans sectoriels, elles plaident pour une réforme structurelle d’ampleur et un vrai choc de compétitivité. C’est pourquoi leur plan de relance est construit autour d’une mesure phare : une baisse franche des impôts et taxes de production prélevés annuellement, à hauteur de 30 milliards d’euros, pour réaligner la France sur la moyenne européenne. C’est la priorité, alors que ces impôts sont actuellement sept fois plus élevés en France qu’en Allemagne, et rendent la production prohibitive."

Le chiffre de 30 milliards est lié au fait que les impôts et taxes de production représenteraient, pour les ETI, l'équivalent de 50 à 100 % des pertes des entreprises anticipées sur l'ensemble de l'année en cours. Selon le METI, la fiscalité de production a augmenté de 15 milliards d'euros entre 2011 et 2019, dépassant les 72 milliards d'euros en 2018.

Cette appel intervient alors que la filière textile, composée d'ETI mais également de structures plus réduites, se trouve actuellement dans une situation complexe. Pressés d'accélérer la production de masques made in France durant le confinement, les fabricants peinent depuis le déconfinement à faire face à la concurrence des masques importés. Générant stocks invendus et pertes, tandis que les productions classiques tardent à reprendre. Un état de fait qui a poussé à Bercy à lancer une mission de promotion des masques Made in France, tandis que le Comité Stratégique de Filière Mode et Luxe travaille sur une stratégie de relocalisation des productions.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com