×
3 053
Fashion Jobs
Publicités

Made in France : une édition au coeur des enjeux de 2020

Publié le
27 août 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le salon parisien des façonniers tricolores Made in France Première Vision se tiendra les 1er et 2 septembre au Carreau du Temple dans une configuration spéciale. Une sélection de 98 exposants est annoncée pour le rendez-vous de l'amont de la filière, que les événements des derniers mois ont replacé au cœur des enjeux industriels du textile/habillement français.


Made in France Première Vision


Signe qui ne trompe pas : le rassemblement recevra pour la première fois depuis plusieurs années la visite de la ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher. A savoir l’ex-secrétaire d’Etat qui au printemps poussait les entreprises textiles à lancer et accélérer les fabrications de masques en tissu. Ce qui n’a d’ailleurs pas été sans causer un problème de surstock pour les professionnels. Mais la fabrication française a également attiré l'attention du grand public durant cette période via les productions de masques. Une intérêt renouvelé et des opportunités que le salon entend très logiquement aborder. 

Ainsi, au sein du salon, les 4e "Rencontres du made in France" organisées en partenariat avec l’Institut français de la mode (IFM) proposeront ainsi quatre conférences sur la relocalisation, la souveraineté industrielle, l’emploi et la formation. S’y exprimeront notamment Eric Boël (Tissages de Charlieu), Guillaume Gibault (Le Slip Français), Paul Boyer (Linportant), Sylvie Bénard (Paris Good Fashion), Olivier Fabre (Maison Fabre) et Laurent Vandenbor (Mode Grand Ouest).

Ce dernier est d’ailleurs loin d’être le seul représentant institutionnel à répondre au rendez-vous. Le président du Comité stratégique de la filière mode et luxe, Guillaume de Seynes, prendra part à un échange avec Marc Pradal (Union française des industries mode et habillement), Yves Dubief (Union des industries textiles), Léa Marie (Institut français de la mode, du textile et de l’habillement) et Sophie Pineau (Groupement de la fabrication française).

De son côté, le bureau Leherpeur abordera le made in France sous l’angle de l’économie circulaire vie une conférence dédiée, avec une table ronde réunissant Anaïs Dautais Warmel (Les Récupérables), Thomas Huriez (1083), Benjamin Malatrait (Ictyos), Bruno Nahan (Bugis) et Marc Pradal (Kiplay). 

Un "hackathon" de la relocalisation



En outre, un hackathon sera organisé en coordination avec la Maison du savoir-faire, financée par le Défi, et en partenariat avec le Ceti (centre européen des textiles innovants), Nord Créa (Plateau Fertile), l’ESIV-La Fabrique et le label EPV (entreprise du patrimoine vivant). Dans ce cadre, des professionnels accompagneront les jeunes marques en quête de partenaires pour produire leurs pièces dans l’Hexagone.


Made in France Première Vision


“Dans le contexte actuel inédit, Made in France Première Vision s’affirme plus que jamais comme le rendez-vous moteur et rassembleur pour la filière mode française, jouant pleinement son rôle de plateforme de rencontres, d’échanges et de réflexions pour impulser la reprise du secteur”, indique l’organisateur. Ce dernier annonce 22 nouveaux exposants, pour un catalogue pour moitié composé de spécialistes de la façon et du tricotage.

La précédente édition du salon, qui s'était tenue en avril 2019, avait rassemblé le nombre record de 3.431 visiteurs. Chiffre qui permet au rendez-vous de se situer sous la limite de 5 000 personnes décidée par le gouvernement pour raisons sanitaires. Ce qui n'est cependant pas le cas du rendez-vous principal de l'organisateur, Première Vision Paris, qui entendait tenir une édition réduite à Villepinte du 15 au 17 septembre. Comme l'a annoncé FashionNetwork, cette session se fera finalement uniquement en ligne, via un événement prévu les 15 et 16 septembre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com