×
7 311
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Made in France : une filature de lin de retour en France dès 2020

Publié le
today 17 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Seule l'étape de la filature manquait pour créer une filière lin 100 % tricolore. Un problème sur le point de disparaître : le groupe Velcorex annonce à FashionNetwork.com l'installation d'une filature au sein de l'entreprise Emmanuel Lang, entreprise d'Hirsingue (Haut-Rhin) qu'il a acquise en 2014, dans une opération menée en partenariat avec le spécialiste du lin NSC Schlumberger.


Shutterstock



"On commence l'emménagement début octobre", nous explique le dirigeant de Velcorex, Pierre Schmidt, à l'occasion du salon Première Vison. "Elle sera opérationnelle l'année prochaine. L'unité devrait pouvoir gérer à peu près 150 tonnes. Donc, en fonction de ce vous recherchez en terme de fil, elle aura une capacité de production allant de 500 000 à 700 000 mètres".

La production mondiale de fibres de lin se concentre à 80 % sur les côtes néerlandaises, belges, et surtout françaises. Mais cette production est à 90 % exportées vers la Chine, qui compte nombre de filateurs à même de transformer la matière. Matière qui revient ensuite en partie vers des tisseurs et façonniers européens. Si bien que, avec la mise en valeur croissante d'une mode Made in France, l'absence de filature comme dernière brique dans la chaîne de production de vêtements en lin 100 % made in France n'a pas manqué d'attiré l'attention".

Ainsi, les jeunes marques Splice et 1083 affichent depuis plusieurs mois l'ambition d'amener d'autres marques à soutenir la recréation d'une filature française. Cette démarche, baptisée Linpossible, peut notamment compter sur le soutien d'une coalition intégrant Le Slip Français, l’association LCBIO (Lin et Chanvre Bio), l’entreprise de Romans-sur-Isère Tissage de France, la coopérative spécialisée Terre de Lin, et l’un des derniers filateurs européens de lin, Safilin.

"C'est une autre approche, pour une très bonne idée, et nous espérons être bientôt suivi dans cette aventure", indique Pierre Schmidt, qui entend de son côté apporter une réponse industrielle au problème. "Nous avons l'avantage d'avoir un outil déjà important, Emmanuel Lang étant doté de machine très adaptées au lin. Et chez Velcorex, nous avons de quoi prendre soin de la matière, la brosser, la nettoyer et la flamber. Et la proximité que nous avons depuis des années avec Schlumberger nous permet d'avancer. Et il y a la relation avec la Normandie, où nous travaillons historiquement avec Terre de Lin".

"Une réindustrialisation formidable"

Avant même d'avoir des implications économiques, cette future filature a une forte portée symbolique pour le textile français, mais également pour une filière européenne du lin regroupant pas moins de 10 000 entreprises, selon la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre (CELC). Fibre éco-responsable peu consommatrice en eau, le lin représente moins de 1 % des fibres textile consommées dans le monde, du fait du climat très spécifique nécessaire à sa culture.

"Une telle réindustrialisation est formidable, car cela répond aux attentes des marques comme des consommateurs", pour Marie-Emmanuelle Belzung, secrétaire générale de la CELC. "Et c'est d'autant plus intéressant qu'il s'agisse d'une filature au sec, et qui vise donc des produits de tous les jours, comme le jean, pour lesquels les marques sont très désireuses d'alternatives. Cela annonce peut-être que le lin va aller progressivement vers plus d'hybridation, et pas seulement du 100 % lin. Je trouve donc formidable d'avoir cette approche".

Pour la responsable de la Confédération, ce retour d'une filature française est aussi le signe d'un engouement pour la lin dépassant le Made in France. "Il y a une multiplication des projets de filatures à travers le monde", indique t'elle. "En Inde, notamment, mais également en Europe, où cela s'inscrit dans un héritage européen vertueux. Rien qu'en France, il y a un projet de tricotage sous forme de coopérative, tandis qu'il y a un projet de filature dans le nord de la France", pour la représentante.  

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com