×
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
26 nov. 2020
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Maison Alaïa lance sa collection Editions, une ligne de rééditions de pièces cultes

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
26 nov. 2020

La nouvelle collection de rééditions de la maison d'Azzedine Alaïa a été présentée en ligne mercredi, par le biais d'une performance organisée à la Gaîté Lyrique, aussi tranchante qu'une des impeccables vestes du couturier.


 


Mise en scène pour célébrer le tout nouveau projet de la maison, une collection de rééditions baptisée "Editions", la vidéo de cinq minutes était la captation d'une performance de la danseuse marocaine Hajiba Fahmy, vêtue d'une robe sans manches en coton blanc tourbillonnant, évidemment signée Alaïa.

Un moment majestueux, sensuel et fort. Hajiba Fahmy dansait sur le titre "Protest" de Chapelier Fou, entre des plans en noir et blanc sur des détails signatures d'Alaïa — les tissus "filet", les découpes en cercles et en triangles, et les ornementations arabo-andalouses qui ont marqué l'oeuvre du grand couturier.

Editions est une sélection de 30 tenues iconiques, inspirées de créations inédites du légendaire designer d'origine tunisienne, décédé en novembre 2017 à l'âge de 82 ans.

C'est Carla Sozzani — la présidente de la Fondation qui contrôle les archives d'Azzedine Alaïa et sa collection privée d'objets de mode et de design — qui a eu l'idée de cette collection d'un nouveau genre.
 
"L'idée m'est venue dès le décès d'Azzedine. Quelques jours après, nous avons découvert ses immenses archives, et nous nous sommes rendu compte que personne ne pourra jamais égaler Alaïa. On ne pouvait pas se contenter de reproduire des pièces existantes. Comment s'approprier le travail d'Alaïa ? Je me suis dit : créons les produits qu'il n'a jamais fabriqués de son vivant. Des pièces qu'il a imaginées, mais qu'il a laissées de côté. J'ai choisi les premières silhouettes. Des choses magnifiques qu'il n'avait pas envoyées en production", confie Carla Sozzani, interrogée par FashionNetwork.com. 

Avant la présentation, le compte Instagram de la Maison Alaïa donnait un aperçu de la collection par le biais de courtes vidéos axées sur ses associations de maille, de dentelle et de bandes de crinoline. Les commentaires, rédigés par la célèbre journaliste Sylvia Jorif, étaient dits par l'actrice Elsa Zylberstein. Un projet expérimental taillé pour la ligne Editions — des effets 3D mettant en lumière chaque détail des pièces, capturant les sensations et les émotions qui transforment les créations en êtres vivants. "L'héritage devient transmission", voilà le nouveau slogan de la maison.

Le couturier lui-même avait l'habitude de présenter ses collections hors calendrier officiel, entre les Fashion Weeks parisiennes. Il préférait organiser ses défilés à son siège, rue de Bellechasse, dans le quartier du Marais. Avant d'esquisser un salut discret à la fin de ses shows, malgré les applaudissements toujours très enthousiastes.

La garde-robe des Editions comprend une offre permanente de pièces cultes d'Alaïa, accompagnée d'une sélection liée à chaque collection saisonnière. 


Une tenue de la collection Editions de Maison Alaïa


Chaque silhouette est la reconstitution d'un original du couturier, tiré d'un ensemble de pièces d'archives de 1981 à 2017. Parmi les pièces présentées, on trouve ainsi une longue robe noire en maille, très près du corps, datant de l'été 1993, une veste déconstruite de l'été 1990 portée avec une jupe évasée de l'été 2008, une chemise en popeline blanche de l'été 1986 associée à une jupe patineuse de l'été 1987. Un autre modèle de 2013, un fin tricot jacquard en 3D, résume la pureté de son style — tout en rappelant les tableaux des maîtres espagnols qu'il admirait tant. Les admirateurs d'Alaïa pourront également retrouver ses célèbres imprimés léopard, qui revenaient souvent dans son travail.
 
"Chaque article porte une griffe spéciale avec la date, la saison et l'année. Pour nous, c'est un bon moyen de préserver l'intégrité de son travail, de montrer à quel point il est intemporel. Comme cet immense manteau très ample de 1988, qu'Azzedine a créé mais n'a jamais produit — et que j'ai récupérer. Nous avons choisi de le mettre dans les Editions", se réjouit Carla Sozzani.

Avant sa mort, la maison avait également produit une collection appelée "Intemporels".


Une tenue de la collection Editions de Maison Alaïa



"Quand il était encore avec nous, Azzedine se concentrait exclusivement sur la couture et les pièces spéciales. Quand je lui demandais de recréer certains modèles que j'admirais particulièrement, il me répondait : "Oh, ça je l'ai déjà fait", se rappelle-t-elle.

La performance numérique étaient introduite par Naomi Campbell, l'un des mannequins préférés d'Azzedine, qui séjournait fréquemment au siège du couturier lorsqu'elle venait à Paris au début de sa carrière.

"Naomi est une icône, elle fait partie intégrante de la famille Alaïa. Elle a grandi avec la maison et fait partie de notre ADN. Azzedine disait toujours qu'il avait besoin de la présence de ses "filles" pour être inspiré", rappelle Carla Sozzani.

Aujourd'hui, la marque — désormais connue sous le nom de Maison Alaïa — est contrôlée par le groupe sud-africain Richemont. Si l'on compare avec d'autres grandes maisons célèbres, la marque et la fondation Alaïa sont en fait très connectées. Dans le cas d'Yves Saint Laurent, par exemple, il n'y a pratiquement aucune interaction entre la fondation du couturier et la marque de mode.
 

La performance de la danseuse Hajiba Fahmy - Photo : Maison Alaïa


C'est Richemont qui a nommé Myriam Serrano au poste de PDG de la Maison Alaïa, un choix qui plaît évidemment à Carla Sozzani. "Myriam est charmante. Nous entretenons une très bonne relation".

Carla Sozzani annonce que la Fondation prépare plusieurs expositions pour la fin du confinement — ce qui prouve une fois de plus la proximité entre la fondation et la maison de couture.

"Nous partageons le même bâtiment et la même cour. Et pour le monde extérieur, il n'y a qu'un seul nom, Alaïa. Je suis très heureuse que nous ayons pu organiser autant d'expositions ensemble, nous entretenons une collaboration très étroite. Alaïa aurait adoré la force de ce lien entre les deux entités. Il serait très heureux de savoir que l'intégrité de son travail est protégée. Il rêvait de cette fondation, pour son travail et pour ses collections", raconte Carla Sozzani, depuis son légendaire concept-store à Milan, 10 Corso Como.

Par le passé, Maison Alaïa a organisé d'autres événements numériques — dans une galerie d'art de Shanghaï, ou sur un toit à Dubaï — mais malheureusement pas à Milan.
 
"Impossible ici car nous sommes encore en confinement. Mais nous venons d'apprendre aujourd'hui une excellente nouvelle : nous allons pouvoir ouvrir le magasin samedi. Et aussi à Paris ! Enfin un retour à la vie normale ! Un bon présage", se réjouit l'icône de mode italienne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com