Majestic Filatures lance un premier sac à main et une capsule avec Lara Stone

S’offrir le top Lara Stone comme égérie, ça se fête ! En plus d’en avoir fait le visage de ses collections printemps-été 2018, puis automne-hiver 2018-19, la marque parisienne Majestic Filatures lui a laissé carte blanche pour réaliser une collection capsule de 18 pièces. Parmi elles, le premier sac à main de la griffe, qui mixe cuir et cachemire.


Lara Stone, visage de la collection automne-hiver 2018/19 de Majestic Filatures

Celle qui succède à Constance Jablonski et Arizona Muse a imaginé un mini modèle noir à porter en bandoulière, dans lequel se niche une pochette dorée. « Nous voulions que ce premier sac ait un sens avec l’histoire de notre marque et qu’il soit un modèle étonnant, pour motiver l’achat. C’est pour cela que nous avons développé ce double sac, en partie en maille. En fonction de ses résultats de vente, nous verrons si nous développerons d’autres modèles. Pour l’instant, il s’agit d’un test », explique Roland Chelly, cofondateur de la marque.
 
Ce premier modèle de sac fait écho à la course aux it bags que mènent les concurrents de Majestic Filatures (Maje, The Kooples, ou encore Claudie Pierlot) depuis quelques années. « Finalement, avec notre positionnement de tee-shirts haut de gamme, nous sommes parmi les précurseurs du luxe accessible », poursuit l’entrepreneur, aujourd’hui à la tête d’une entreprise qui revendique un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros pour 2017, soit près de 9% de plus qu’en 2016.
 
C’est aussi un pas de plus vers la diversification de la marque, qui refuse de perdre de vue son cœur de métier, la maille. L’automne-hiver 2018-19 sera pourtant l’occasion d’une autre incartade, du côté du tricot, cette fois. D’ailleurs, le premier volet de la campagne sera en couleurs, une fois n’est pas coutume, et mettra en scène un pull. Plutôt que le sempiternel « Deluxe teeshirt » qui figure sur le logo de la griffe, ce seront les mots « Deluxe tricot » qui s’afficheront en toutes lettres.
 
Avec 75% de ses ventes réalisées via des distributeurs multimarques, Majestic Filatures est une griffe très installée aux Etats-Unis (son premier marché) et en Italie (le deuxième). Pour autant, le label fondé par Roland Chelly et Franck Ellia en 1989 voudrait développer la vente directe. Pour y arriver, elle mise sur une politique digitale plus poussée, un nouveau concept de magasin développé par l'agence créative Studio KO à décliner dans ses boutiques existantes (à commencer par celle de la rue Saint-Honoré dès la fin de l’année 2018) et l’augmentation progressive de son parc de points de vente en propre.
 
Avec 20 boutiques, réparties entre la Belgique, le Luxembourg et la France (la dernière a ouvert en mai à Deauville), la griffe souhaiterait doubler le nombre de ses magasins d'ici quatre ans en s’installant dans toutes les capitales européennes afin de monter ses ventes en propre à 40% de son chiffre d’affaires.
 
Dans un futur plus proche,les équipes s’apprêtent à déménager de ses bureaux historiques dans le XXème pour s’installer à côté de sa boutique de la rue du Louvre, dans le IIème arrondissement parisien, dans les anciens locaux de Ventilo, marque que Majestic Filatures avait reprise devant le tribunal en 2016, mais qui n'est plus exploitée depuis.

Majestic Filatures installera son showroom rue du Louvre afin de pouvoir montrer ses collections aux clients de passage par la capitale. En 2019, la griffe de Roland Chelly et Franck Ellia célèbrera aussi ses 30 ans. Elle réserve à ses aficionados quelques surprises pour fêter l’événement.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER