×
7 053
Fashion Jobs

Mango annonce avoir retrouvé la croissance en 2018

Publié le
today 7 juin 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après trois années de baisse des ventes, Mango retrouve la voie de la croissance. Dans l'attente de la publication de ses résultats annuels, qui aura lieu en août prochain, la griffe catalane a annoncé une augmentation de 1,8 % de son chiffre d'affaires, à 2,233 milliards d'euros, en 2018. Le résultat brut d'exploitation atteint pour sa part 135 millions d'euros, soit 17 % de plus que l'année précédente et 75 % de plus qu'en 2016, lorsque l'Ebitda avait atteint 77 millions d'euros.


Les ventes en ligne de Mango ont augmenté de 30 % en 2018 - Mango


Ces résultats optimistes sont le fruit du plan de restructuration lancé par la griffe il y a six ans et dans lequel elle a investi environ 1 milliard d'euros, comme l'a indiqué à la presse locale Toni Ruiz, PDG depuis octobre dernier. Cependant, celui qui a été directeur financier de Mango pendant trois ans n'a pas révélé si la société avait réussi à sortir du rouge. La marque fondée par Isak Andic a pointé du doigt l'impact de sa transformation, commençant à subir des pertes en 2016, lorsque celles-ci s'élevaient à 61 millions d'euros. Cette dynamique a été maintenue en 2017, exercice au cours duquel le chiffre a été réduit à 33 millions d'euros. Bien que Toni Ruiz ait insisté sur le désir d'améliorer ces chiffres, il faudra attendre les résultats en août prochain pour le confirmer.

Une croissance tirée par les ventes en ligne

Le développement du commerce en ligne et de la logistique sont deux des éléments clés de ce processus de transformation. Avec une présence en ligne dans 80 pays, Mango a dépassé les attentes fixées pour 2020 en parvenant, l'année dernière, à ce que les ventes en ligne représentent 20 % du chiffre d'affaires. Le prochain défi pour Toni Ruiz est de faire en sorte qu'elles atteignent 30 % dans les années à venir. Les derniers chiffres semblent favorables : après une hausse de 15 % en 2017, les ventes en ligne ont augmenté de 30 % au cours de l'année passée.

En ce qui concerne la logistique, la société affirme avoir ouvert sept entrepôts dans le monde et va en inaugurer un autre au Mexique. De même, le dirigeant a assuré que la nouvelle plate-forme de Lliçà d'Amunt, à Barcelone, fonctionnait déjà à 100 %. Par ailleurs, Mango dispose d'un entrepôt dédié au commerce en ligne qui fonctionne de manière indépendante. « Notre idée est d'utiliser progressivement le réseau de magasins comme points de distribution. Les pure players seraient ravis de disposer de notre réseau de locaux qui nous permettent ainsi un positionnement clair et puissant », a assuré Toni Ruiz au journal spécialisé El Economista.

La transformation numérique, nécessaire pour être compétitif

Pour sa part, la numérisation reste le chantier en suspens de la société. En dépit du travail sur le développement de son programme de fidélisation, la mise en œuvre technologique du système RFID est loin du progrès de certains groupes concurrents. Sans aller plus loin, son compatriote espagnol Inditex souhaite  que le système d’identification par radiofréquence soit actif pour toutes ses marques et dans le monde entier d’ici à 2020. De son côté, Mango n’a commencé à l’utiliser que dans quatre magasins à Barcelone et arrivera en automne à Madrid.

En outre, Toni Ruiz a dissipé les doutes quant aux spéculations récurrentes sur une possible introduction en Bourse. Comme il l'a affirmé, Mango n'est pas à vendre et son fondateur, Isak Andic, en restera l'unique propriétaire. De manière moins catégorique, le dirigeant envisage, pour la première fois dans l’histoire de la société, l’émission de billets à ordre comme une alternative possible. Récemment, Mango a considérablement réduit sa dette financière nette : de 617 millions d’euros en 2016 à 315 millions d’euros actuellement.

Mango compte 15 000 employés et une surface commerciale de 800 000 mètres carrés. À la fin du dernier exercice, elle disposait d'un réseau de 2 190 établissements répartis dans 110 pays. Les projets d'expansion de la société basée à Barcelone incluent l'accélération de sa croissance en Chine, où elle vient de signer un accord omnicanal avec le groupe Hangzhou Jingzhe Clothing, et aux États-Unis.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com